La ville de la Nouvelle-Orléans a collecté 466 671 $ de taxe de vente jusqu’en juillet de cette année grâce à une taxe de vente spéciale du quartier français, même si la taxe a expiré à la fin de l’année dernière, selon enregistrements Obtenu par The Lens. Mais il semble que la ville ne pourra pas utiliser cet argent.

“Il n’y a absolument aucun moyen de dépenser cet argent”, a déclaré l’analyste de la ville Eric Smith à The Lens. “Et c’est dommage que des entreprises l’aient récupéré et envoyé à la ville.”

La taxe, parfois appelée « quart du trimestre », était une taxe de vente de 0,25 % prélevée sur les entreprises du quartier français de 2016 jusqu’à son expiration fin 2020. La taxe a été officiellement collectée par le district de développement économique du French Quarter, une agence créée par l’État et régie par le conseil municipal de la Nouvelle-Orléans et élevée par la ville en son nom. La taxe a été utilisée exclusivement pour financer les patrouilles de la police de l’État de Louisiane dans et autour du quartier français.

Résidents du quartier français a voté le rétablissement de la taxe par une mesure sur le scrutin d’avril qui a autorisé la taxe à commencer le 1er juillet de cette année. Mais en raison d’une série de désaccords entre la ville et le French Quarter Administration District, le conseil créé par l’État qui était censé gérer les recettes fiscales selon la langue de l’initiative du scrutin, les collectes officiellement sanctionnées n’auront lieu qu’en octobre.

Pendant ce temps, il semble que certaines entreprises du quartier français aient continué par erreur à percevoir la taxe supplémentaire auprès des clients et à reverser l’argent à la ville.

“C’est une question extrêmement préoccupante pour la French Quarter Business Association”, a déclaré la directrice générale de la FQBA, Brittany Mulla McGovern, lors d’une présentation lors d’une réunion lundi du French Quarter Management District.

McGovern, qui fait également partie du conseil d’administration du FQMD, a déclaré que le problème était apparu sur son radar en août, lorsque la ville a personnellement livré une facture à une entreprise du quartier français qui indique qu’elle doit des recettes fiscales au titre de l’impôt FQEDD en souffrance. Étant donné que la taxe était due, cette facture semble avoir été une erreur.

READ  Scénarios de qualification pour les huitièmes de finale de l'Euro 2020 pour le Portugal, l'Allemagne et l'Espagne

“Nous avons contacté le département des finances et ils nous ont assuré qu’il s’agissait d’un cas distinct d’une entreprise facturée pour un impôt en souffrance”, a déclaré McGovern.

Mais alors que le projet de loi a pu être un incident isolé, certaines entreprises ont apparemment continué à percevoir l’impôt en souffrance. Et McGovern a fait valoir que même sans tenter activement de percevoir la taxe, la ville est toujours en faute pour avoir omis d’informer les entreprises que la taxe était due et pour avoir omis de supprimer la taxe d’un formulaire de taxe de vente remplis par les entreprises lorsqu’elles versent des impôts.

« À notre connaissance, la ville de la Nouvelle-Orléans n’a jamais informé les entreprises dans les limites du FQEDD d’arrêter la collecte », a déclaré McGovern à The Lens en août.

En réponse à ces préoccupations, le porte-parole du maire LaToya Cantrell, Beau Tidwell, a déclaré à The Lens en août que la ville avait en fait averti les entreprises. Mais la notification que vous avez signalée était une communiqué de presse délivré le 30 juin, six mois après l’expiration de la taxe. Et le communiqué de presse ne faisait pas référence à l’expiration de la taxe précédente. Il s’agissait de la prise en charge retardée du nouveau.

Smith a déclaré qu’au départ, il y avait eu une certaine confusion en décembre quant à savoir si la responsabilité d’informer les entreprises que la taxe était sur le point d’expirer incombait à la ville ou à la FQEDD.

“Je pense que c’est de là que vient le problème de communication”, a déclaré Smith.

On ne sait pas ce qu’il adviendra des fonds maintenant. L’argent ne peut pas être simplement remboursé aux entreprises, a déclaré Smith.

READ  Johnson, qui dépense gratuitement, fait face à une catastrophe financière si Sunak est licencié

“Le problème est que si une entreprise perçoit une taxe, elle est légalement obligée de la remettre à la ville car sinon les entreprises pourraient simplement décider de facturer ce qu’elles veulent”, a-t-il déclaré.

Il a déclaré que les clients pouvaient demander des remboursements s’ils avaient des reçus détaillés. Mais étant donné la petite quantité, cela peut être peu probable. La taxe n’a ajouté qu’un quart à un billet de 100 $.

“De toute évidence, il serait très difficile pour les clients d’obtenir un remboursement”, a déclaré Smith.

Il a déclaré que pour l’instant, la ville sépare les fonds pour s’assurer qu’ils ne sont pas dépensés. Smith a déclaré qu’il n’était pas tout à fait clair sur ce qui arriverait finalement aux fonds, mais a déclaré qu’ils pourraient éventuellement aller à l’État en tant que propriété non réclamée.

Historique fiscal

La taxe FQEDD originale a été approuvée par les électeurs en 2015. Elle est entrée en vigueur l’année suivante et a expiré fin 2020. L’argent a été utilisé pour financer des patrouilles supplémentaires pour la police de l’État de Louisiane.

L’administration du maire LaToya Cantrell a tenté de renouveler la taxe lors d’un vote en décembre afin de garantir que la taxe continue d’être perçue sans interruption. Mais cet effort a échoué en raison de désaccords entre la ville et FQMD sur la façon dont l’argent serait dépensé et quel contrôle formel FQMD aurait sur les fonds.

Cantrell voulait partager l’argent entre le financement des patrouilles de police et le financement d’unités de patrouille terrestre supplémentaires pour régler les problèmes de qualité de vie. La FQMD voulait que l’argent soit utilisé exclusivement pour les patrouilles policières, plutôt que pour les patrouilles terrestres, et voulait avoir un rôle formel dans la gestion des fonds. La FQMD finalement s’est prononcé contre la mesure du scrutin de décembre promue par Cantrell.

L’opposition de la FQMD a peut-être été un facteur influent dans l’échec de la mesure du scrutin, étant donné le petit nombre d’électeurs admissibles à voter sur la question. La mesure électorale de décembre a été rejetée avec 595 voix contre et 297 voix pour.

READ  Les fermetures de covid en Australie, la variante Delta pourraient entraîner un taux d'intérêt négatif

Après cette perte, la FQMD a commencé à travailler directement avec le conseil municipal sur une nouvelle mesure électorale qui rétablirait la taxe. Contrairement à la mesure du scrutin de décembre, la nouvelle garantit que la quasi-totalité des fonds seront utilisés pour les patrouilles policières et confère à la FQMD un rôle administratif explicite.

Cette mesure de vote a été approuvée par les électeurs en avril. Selon la langue du scrutin, la taxe pourrait être perçue à partir du 1er juillet. La FQEDD avait prévu une rencontre le 30 juin pour autoriser la nouvelle perception fiscale. Mais à la dernière minute, la FQMD a demandé à la conseillère municipale Kristen Palmer d’annuler la réunion et de reporter la taxe. Étant donné que les nouvelles taxes de vente doivent être mises en œuvre au début d’un trimestre fiscal, cette décision signifiait que la nouvelle taxe n’entrerait en vigueur qu’en octobre au plus tôt.

La FQMD a donné plusieurs justifications pour lesquelles elle a demandé le report, notamment qu’elle ne croyait pas que les entreprises avaient suffisamment de temps pour se préparer à percevoir la taxe. Mais la principale raison semblait être que la FQMD voulait s’assurer que les ventes de chambres d’hôtel étaient exonérées de la taxe.

Les ventes de chambres d’hôtel ont été exonérées de taxe de 2016 à 2020. Bien que, comme The Lens l’a signalé précédemment, la justification légale de cette exonération n’est pas tout à fait claire. Et en 2021, la State Bond Commission et les avocats de la direction de Cantrell ont soulevé des objections à la légalité de l’exemption de l’hôtel.

Malgré ces objections, le FQEDD a autorisé la perception de la taxe et l’exonération des chambres d’hôtel en août, et la taxe entrera désormais en vigueur le 1er octobre.