Le gouvernement suisse prévoit de créer un registre central pour identifier les véritables propriétaires des sociétés enregistrées en Suisse et désormais des sociétés anonymes, une réforme anti-blanchiment progressive mais importante pour l’ancien bastion du secret financier.

Le Conseil fédéral du pays, le cabinet de la Suisse, a a demandé au ministère des Finances du gouvernement de rédiger une loi créer le nouveau record pour juin prochain.

Le conseil a déclaré dans un communiqué que le ministère évaluerait également si « d’autres ajustements doivent être apportés à la boîte à outils de lutte contre le blanchiment d’argent ».

Il a noté qu' »un nombre croissant de pays dans le monde, y compris tous les États membres de l’UE, se tournent vers des solutions basées sur le registre pour accroître la transparence des entités juridiques ».

Mais la Suisse a été critiquée par les militants de la transparence pour avoir déclaré que le registre ne serait pas accessible au public mais ne serait accessible qu’aux « autorités compétentes ».

Parallèlement au projet d’enregistrement des sociétés, le cabinet a lancé l’idée d’étendre les lois anti-blanchiment d’argent au « domaine de la profession juridique ».

Le conseil a déclaré qu’il avait lancé les réformes après avoir conclu qu’il y avait « une marge d’amélioration » dans l’identification des propriétaires afin de renforcer la prévention et la poursuite des délits financiers.

La proposition de registre, qui fait suite à des réformes similaires en États-Unisla Union européenne et ailleurs, il intervient un an après l’ICIJ papiers pandora exposé le rôle particulièrement actif des conseillers en fortune suisses pour aider les criminels financiers présumés à dissimuler leur richesse. L’enquête mondiale, menée par l’ICIJ en association avec plus de 150 partenaires médiatiques, était basée sur une mine de millions de documents divulgués qui comprenaient des informations sur plus de 90 conseillers suisses (avocats, notaires et cabinets de conseil) dont le rôle dans le système offshore est souvent obscurci par un manteau de secret qui leur permet d’opérer avec peu de responsabilité.

READ  La plupart des Français doutent que le pays puisse accueillir en toute sécurité les Jeux olympiques après la finale de la Ligue des champions.

L’enquête des Pandora Papers a révélé qu’entre 2005 et 2016, au moins 26 sociétés suisses nommées dans les documents ont fourni des services à des clients dont les sociétés offshore ont ensuite fait l’objet d’une enquête par les autorités pour des preuves de blanchiment d’argent et d’autres délits financiers.

Un panneau, Groupe Fidinam, était particulièrement actif, a découvert l’ICIJ. Il contrôlait des entités au Panama et dans les îles Vierges britanniques qui détenaient des actions dans des sociétés clientes, facilitait les prêts entre sociétés écrans de différents clients et supervisait les comptes bancaires des clients, selon les archives.

Pendant une décennie, l’enquête a révélé que la société a fourni des services commerciaux clés, y compris même la détention d’une procuration sur un compte bancaire, à une société écran enregistrée dans les îles Vierges britanniques qui s’est révélée plus tard être au centre d’un scandale de détournement de fonds de 20 dollars. 600 millions.

En réponse aux questions de l’ICIJ l’année dernière, Fidinam a déclaré que ses « filiales suisses se conforment et se conforment avec diligence aux lois et règlements en vigueur en Suisse et aux normes internationales applicables ». L’entreprise a refusé de commenter ses clients.

Créer un enregistrement ‘juste une première étape’

Centre du secret financier depuis au moins les années 1930, la Suisse est de plus en plus surveillée depuis la crise financière de 2008 pour son rôle dans le blanchiment d’argent international et pour aider les étrangers à cacher des avoirs aux autorités fiscales de leur pays d’origine. Sous la pression des États-Unis et d’autres pays, la Suisse a commencé à réformer son secteur bancaire, obligeant les banques à vérifier l’identité des propriétaires d’entreprises et à signaler les transactions suspectes. En 2016, l’ICIJ Papiers de Panama Il a exposé le rôle joué par les conseillers suisses dans la création de sociétés offshore. En réponse, le Groupe d’action financièreun chien de garde international anti-corruption, a recommandé d’exiger que les avocats, les notaires et les comptables suivent les mêmes règles que les banques, une décision à laquelle la Suisse a jusqu’à présent résisté.

READ  Ian Watson veut que le mandat de vaccination de la France s'applique tout au long de la saison de Super League

Les groupes anti-corruption ont salué la dernière annonce mais ont déclaré que le pays devrait faire plus.

« La décision de la Suisse de créer un registre central des bénéficiaires effectifs est certainement une chose positive, compte tenu de l’importance mondiale de la Suisse en tant que centre financier », a déclaré Kateryna Boguslavska de l’Institut de gouvernance de Bâle, un groupe à but non lucratif anti-corruption basé en Suisse, dans un déclaration à l’ICIJ. « Alors que certains centres financiers ont déjà un registre UBO, il y en a encore beaucoup qui doivent le mettre en œuvre et bien d’autres qui doivent le mettre en œuvre plus efficacement. »

Boguslavska, qui est chef de projet de l’indice Basel AML, un tracker anti-blanchiment d’argent, a ajouté que le plus grand obstacle reste la mise en œuvre. « Nous le constatons avec d’autres pays – la mise en place du registre n’est qu’une première étape. Ce qui est plus difficile, c’est de s’assurer que les informations sont exactes, vérifiées et à jour. Si des divergences sont constatées, il devrait y avoir un mécanisme pour sanctionner les irrégularités », a déclaré le groupe.

VOUS VOULEZ PLUS D’HISTOIRES QUI CHOQUENT LE MONDE ?

L’ICIJ est un journal d’investigation indépendant soutenu par des donateurs. Ensemble, nous exposons les actes répréhensibles afin que le monde puisse les réparer.

Seulement 10 $/mois peuvent changer le monde.

La branche suisse de Transparency International a noté que l’annonce du registre n’alignerait toujours les règles de la Suisse qu’avec ce qui est déjà « le norme générale.”

READ  la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, défend un assouplissement du couvre-feu pour les spectacles

«D’ici là, l’implication d’entités suisses dans des scandales internationaux de corruption ou de blanchiment d’argent ne devrait pas surprendre», déclare Martin Hilti, directeur de Transparency International Suisse.

Le groupe a également noté que la proposition exige que le nouveau registre soit mis à la disposition uniquement des « autorités compétentes » et a déclaré que le gouvernement ne devrait pas s’arrêter « au milieu ».

« Le registre, contrairement à ce qu’a décidé le Conseil fédéral, doit aussi être accessible au public et pas seulement réservé aux autorités », précise le groupe dans un communiqué en langue allemande.

Le Conseil fédéral suisse a déclaré que sa proposition vise à « parvenir à une solution aussi efficace et efficiente que possible ».