La Suisse se reprend face à la France. Une bonne nouvelle pour l’équipe de Patrich Fischer, qui a également donné sa réplique deux jours après avoir battu les Transalpins à Megève lors des deux premiers matches serrés (les Suisses ont terminé 4-1), sur la glace de Bâle, mais qui n’a fait la différence que dans la compétition finale.

Devant grâce à Nando Eggenberger à la 19e minute, Rossocrociati a été rattrapé en route par les Français, et seulement dans la dernière accélération, que Luca Hischier a tirée 2-1 et complétée par des buts de Jäger (à la 58e minute) et Eggenberger, une fois qu’il a de nouveau fermé les comptes pour de bon.

Face à un rival qui affrontera la Coupe du monde en Finlande dans un mois (où ils devraient pouvoir compter sur des renforts nord-américains comme Alexandre Texeier), la Suisse a également dominé le miroir, avec un total de tirs au but affichant Claro : 51- 20 pour les Suisses. Malgré la supériorité, le point d’Eggenberger a fait la différence en fin de première mi-temps, qui comportait également un arrêt de Jason Fuchs.

Et donc cette première draft suisse a dominé ce match. Le Suisse a tiré 51 fois sur seulement 20 tirs pour l’équipe de Philip Bouzon. Les hommes de Patrick Fischer ont ouvert le score grâce à Nando Eggenberger à 19 ans. Mais ils n’ont pas su prendre l’avantage. Jason Fox, par exemple, a frappé le poteau dans le premier tiers.

Mais les Français ont refait surface, trouvant une avance de 1-1 à la 38e minute avec Lou Bogdanov à la 38e après un rebond de Wüthrich et une réaction lente de Simon Le Coultre.

READ  Suisse : Solvias renforce ses capacités de thérapie biologique, cellulaire et génique avec Cergentis

Mais la troisième mi-temps a donné une image plus réaliste pour tout le monde, alors que le Suisse a acculé le but de Quentin Papillon et a trouvé les trois buts qui ont décidé du score final avec un score de 4-1.