L’Asie a accueilli la Coupe du monde à deux reprises : en Corée du Sud et au Japon en 2002 et en 2022 au Qatar.

« Je pense que l’Arabie saoudite est un pays capable d’accueillir un tournoi similaire », a déclaré le cheikh Salmane, originaire de Bahreïn, aux journalistes à Beyrouth lundi lors d’une visite en Syrie et au Liban.

« Mais il faut choisir le bon moment : 2030 ou 2034 ? Si nos chances d’accueillir le tournoi sont meilleures en 2034, on y réfléchit, et si nos conditions en 2030 sont meilleures, pourquoi pas ? »

En 2026, lorsque la Coupe du monde passera à 48 équipes, elle sera divisée en trois parties pour la première fois avec les États-Unis, le Canada et le Mexique comme hôtes.

Il y a deux propositions de candidatures multinationales pour 2030, une de l’Espagne, du Portugal et du Maroc, et une autre de l’Argentine, du Chili, de l’Uruguay et du Paraguay, qui ramèneraient la Coupe du monde du centenaire sur le lieu de la première finale, à Montevideo.

En septembre dernier, un porte-parole du ministère égyptien de la Jeunesse et des Sports, Muhammad Fawzi, avait déclaré que son pays étudiait une candidature conjointe avec l’Arabie saoudite et la Grèce.

Le ministre saoudien des sports, le prince Abdulaziz bin Turki Al-Faisal, a déclaré à l’AFP en février que son pays n’avait pas soumis de dossier de candidature, mais a ajouté que « tout est possible ».

Sheikh Salman a déclaré qu’il voulait s’assurer que l’AFC était unie derrière toute offre et bénéficiait du soutien d’ailleurs.

« Nous nous coordonnons avec les fédérations continentales et la FIFA sur la base que nous allons accueillir la Coupe du monde 2030 ou 2034 selon tout le monde, donc lorsque le dossier est déposé, nous devons nous assurer qu’il est réussi dans au moins un 90 pour cent,  » il a dit. en disant.

« Nous avons 47 voix, alors qu’il en faut plus de 110 pour accueillir la Coupe du monde. Nous avons besoin du soutien des autres continents. Nous coordonnons le bon moment pour accueillir ce championnat. »

Imitant le Qatar et les Émirats arabes unis voisins, l’Arabie saoudite a investi massivement dans le sport dans le cadre d’une stratégie « Vision 2030 » visant à diversifier une économie dépendante du pétrole.

Le royaume accueillera la Coupe féminine de l’AFC en 2026, sa toute première Coupe d’Asie en 2027, les Jeux asiatiques multisports en 2034 et les Jeux asiatiques d’hiver de 2029 devraient se dérouler sur neige artificielle dans la ville futuriste géante de Neom. .

Il accueille déjà une course de Formule 1 à Djeddah, la Super Coupe d’Espagne annuelle, des tournois de golf et des combats pour le titre de boxe.

Cristiano Ronaldo a rejoint le club saoudien d’Al Nassr en janvier et le fonds souverain du pays finance la tournée de golf LIV et possède Newcastle United en Premier League anglaise, bien que ces investissements suscitent des accusations selon lesquelles il « efface » son bilan en matière de droits de l’homme.