La place n’est pas libre et l’avenir dans le banc lyonnais de Rudi García ne sera pas scellé avant le printemps 2021, et pourtant son éventuel remplacement est déjà connu ou presque. Parce que Christophe Galtier coche toutes les cases: diplomate, vainqueur, fédérateur, très bon en communication, intelligent, tactique, enthousiasmé à l’idée de venir à Lyon… Il répond au portrait robotique d’un joli futur coach de l’OL, même s’il reste encore un long chemin à parcourir et la situation pourrait changer d’ici le printemps 2021.

Actuel Entraîneur de Lille (où il a un contrat jusqu’en 2022) il a déjà travaillé à Lyon en tant qu’assistant d’Alain Perrin, il y a eu de nombreux contacts et certains sont féroces partisans de son retour. Dès cette année 2008, il entretient également de «bons contacts» avec le joueur influent de l’époque, un Juninho. A Saint-Etienne, il a confirmé, aux yeux des décideurs lyonnais, ce qu’ils avaient vu dans sa direction lyonnaise en cette année spéciale 2007-2008, quand Alain Perrin disposait de l’énorme vestiaire de l’OL avait déjà laissé son assistant gérer le saison (terminée par un doublé, le seul à Lyon) et les relations humaines.

La machine OL séduit Galtier

Christophe Galtier est très motivé en privé pour un éventuel projet dans l’OL. Car au-delà des liens internes, c’est la taille du club qui l’attire. Lui, qui a souffert à Saint-Étienne d’avoir à gérer le club en une petite semaine. Il sait qu’à Lyon, il aura une grande machine autour de lui pour l’aider à faire son travail.

READ  Mbappé trompé Tuchel

Il est presque arrivé à Lyon avant que Sylvinho ne signe. Jean-Michel Aulas, par le savoir commun, l’avait approché en mai 2019, se disputant en parallèle, via une autre source, avec Sabri Lamouchi pour couvrir ses traces. Les discussions étaient allées loin… Enfin, Juninho avait choisi, seul, Sylvinho. Par le résultat, nous savons.

Dans son entretien sur River avec L’Equipe, Christophe Galtier a précisé que la situation actuelle au sein du club lillois ne lui convenait pas bien. Il n’a eu aucun contact avec Luis Campos depuis août et pouvait espérer une situation paradoxalement plus calme, mais aussi plus productive dans une structure plus large.