Maintenant que Honda a annoncé sa retraite de la F1 à la fin de la saison 2022, Red Bull se retrouve dans une impasse dangereuse pour son projet F1: que faire d’ici 2022 sans motoriste aujourd’hui?

Milton Keynes fait désormais face à un choix difficile: celui du moindre mal. Cela pourrait menacer, à terme, l’intégrité de votre projet F1, malgré des déclarations rassurantes, mais compréhensibles pour la motivation de tous, ces derniers jours.

L’humiliation d’un retour chez Renault

Tout d’abord, un point doit être clarifié: selon la réglementation, Red Bull ne risque pas de se retrouver sans motoriste en 2022.

Parce que la réglementation FIA prévoyait cette situation extrême d’une équipe négligée. En échange d’un paiement standardisé de 15 millions de dollars (sans possibilité d’augmenter les enjeux donc), la réglementation sportive autorise effectivement à obliger un motoriste à fournir une équipe: le motoriste qui fournit l’équipement est choisi. moins d’équipes.

Dans l’état actuel des choses, ce fabricant de moteurs d’urgence serait Renault. En fait, avec la perte de McLaren, laissant McLaren, Renault ne conduit qu’une seule équipe, la leur (Alpine l’année prochaine).

Quelle ironie de voir Red Bull être contraint et contraint de retourner chez Renault! Cyril Abiteboul boirait probablement du sérum. En effet, il faut se rappeler dans quelles conditions le fossé entre Red Bull et Renault a été déchiré et blessé.

De 2014 à 2015, alors que Renault avait pris un mauvais départ sur le spin hybride, le ver était dans le fruit.

Ironiquement, Christian Horner évoquait même, en 2015, la possibilité de se retirer de la F1 si le dossier moteur n’avançait plus, ou si Renault mettait fin au contrat avec Red Bull pour des raisons d’image. «Nous pourrions nous retrouver sans constructeur de moteurs. Nous pourrions être obligés de quitter le sport “ Christian Horner a déclaré en 2015 …

READ  Payet répond sèchement à Leonardo

Énumérer les épées ici serait trop long. 2018 avait marqué une rupture définitive dans cette affaire, lorsque Christian Horner avait appelé Cyril Abiteboul “Cyril irritable” dans un jeu de mots sur “écureuil” (un mot que les Français ont du mal à prononcer).

“Renault nous considère comme des moustiques” Christian Horner a également lancé à Cyril Abiteboul en 2018.

Quelques mois plus tard, Cyril Abiteboul a répondu durement (alors que Red Bull avait annoncé son départ chez Honda): «Nous n’avons pas entendu ce que dit Christian Horner depuis 2015. Il est très clair que nous n’avons plus rien à voir avec eux. “

La place de Red Bull (et AlphaTauri) serait donc sauvée en F1 d’ici 2022 – mais à quel prix? C’était sans aucun doute une humiliation pour Red Bull, qui ramènerait sa queue entre ses jambes aux côtés de Viry.

De plus, être une équipe cliente en 2022 signifie que Red Bull ne sera pas en mesure d’adapter au mieux son châssis au nouveau V6. Un avantage décisif pour les équipements d’usine. Et nous soupçonnons que les ingénieurs de Viry ne seront pas particulièrement jaloux de Red Bull …

Une autre solution serait que Ferrari (qui n’alimente que trois équipes) puisse fournir Red Bull, tandis que Renault alimenterait AlphaTauri. Mais encore une fois, Ferrari ne serait pas obligé de pousser une équipe concurrente (Renault, qui ne pousse que deux équipes, prend la priorité de la réglementation … à moins que Haas quitte la F1 d’ici là); Et en 2022, pour Red Bull, rien ne dit que le moteur Ferrari aura résolu ses déboires actuels.

READ  Kévin Mayer bien lancé dans la course aux dépressions olympiques

Une bouée de sauvetage pour Red Bull serait que Mercedes se retire de la F1 en tant qu’équipe et reste en tant que motoriste: alors un partenariat Mercedes-Red Bull, avec Max Verstappen à l’avant-garde, aurait certainement une certaine valeur. séduire. Mais c’est de la fiction politique pour le moment …

Une solution alternative: financer ou acheter le programme F1 de Honda

Au lieu de devoir faire face à ce dilemme perdant-perdant, Red Bull pourrait également sortir le chéquier: il s’agirait de reprendre le programme F1 de Honda, de payer les ingénieurs, de financer l’infrastructure et les ressources. , pour payer la propriété intellectuelle de l’unité énergétique japonaise.

Mais rien ne dit que Honda, qui veut réorienter ses ressources humaines et ses précieux ingénieurs vers la mobilité durable, soit prêt à accepter cet accord.

De plus, cela impliquerait des investissements très importants pour Red Bull (plusieurs centaines de millions d’euros par an). Une dépense qui pourrait certainement être soutenable tant que des budgets serrés entreront en vigueur, mais qui restera néanmoins énorme.

Bref, Red Bull (et AlphaTauri) sont aujourd’hui totalement dans le noir: soit ils s’humilient pour rester en F1 (retournant chez Renault) soit ils dépensent des centaines de millions pour poursuivre le programme Honda avec les finances de la maison. Christian Horner peut bien prétendre que l’équipe restera en F1 pour le long terme, il s’agit maintenant de se demander: cela en vaut-il vraiment la peine? Que diriez-vous d’un engagement envers la Formule E, par exemple? Le moment n’est-il pas venu de se lever, mais ailleurs?

READ  un basketteur d'Asvel a tenté des jeux positifs contre Cholet, le maire accuse les "criminels irresponsables" de la Ligue