Dans “répondre” Après avoir tiré du mouvement chiite sur ses soldats, l’armée israélienne a exigé, mercredi 26 août, dans la matinée, des frappes aériennes nocturnes contre les positions du Hezbollah au Liban, le long de la frontière entre le Liban et Israël.

«Il y a eu des tirs du Liban contre les soldats israéliens (…) les soldats ont répondu avec des fusées éclairantes et des coups de feu, puis pendant la nuit, des canonnières et des avions ont attaqué des postes dans la région. Hezbollah “a déclaré Tsahal dans un communiqué. Aucun soldat israélien n’a été blessé par la fusillade.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La guerre des nerfs à la frontière entre le Liban et Israël

Cette même nuit, Tsahal a annoncé un “Incident de sécurité” près du kibboutz de Manara, le long de la “Ligne bleue”, frontière de fait qui sépare ces deux pays théoriquement en guerre.

L’armée israélienne a dit de prendre cet événement “Très sérieux” et affirmé “Tenir le gouvernement libanais pour responsable de ce qui se passe sur son territoire”.

De fortes tensions à la frontière

Les sources avaient informé l’Agence France-Presse (AFP) de coups de feu tirés du Liban vers Israël. Et l’agence de presse nationale libanaise avait évoqué, de son côté, les lancements de “Flares” d’Israël à la région de Mays al-Jabal, qui fait face à Manara, ainsi que des tirs israéliens “Avec arme automatique”.

Lire aussi Liban: le Hezbollah annonce l’abattage d’un drone israélien

L’incident survient alors que le Hezbollah libanais a annoncé ce week-end qu’il avait abattu un drone israélien qui avait traversé la frontière libanaise, et Israël a simplement déclaré que l’un de ses drones était “Tombé sur le territoire libanais”.

Les tensions sont vives à la frontière israélo-libanaise. Israël accuse l’Iran et son allié le Hezbollah en particulier d’essayer de transformer des roquettes en missiles de précision au Liban qui peuvent contrecarrer le bouclier anti-missile du Dôme de fer israélien et ainsi causer des dommages importants aux positions stratégiques israéliennes.

READ  acquittement surprise dans le procès des meurtriers de Jan Kuciak

L’Etat hébreu a également affirmé fin juillet avoir repoussé une tentative d’infiltration de combattants du Hezbollah sur le sol israélien. Le mouvement chiite libanais a nié toute implication dans l’incident, qui est intervenu après que des missiles israéliens présumés aient tiré sur des positions de l’armée syrienne et de ses alliés au sud de Damas.

Quelque 10500 soldats de la Force intérimaire des Nations Unies (FINUL) gardent la frontière libano-israélienne et veillent à la mise en œuvre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité adoptée après la guerre entre Israël et le Hezbollah pour avertir d’une nouvelle conflit. Cependant, Israël a demandé la semaine dernière, à l’approche du renouvellement du mandat de la FINUL, une réforme de cette mission onusienne dont il accusait “Biais” et “Inefficacité” car n’ayant pas, selon l’Etat hébreu, accès à toutes les régions du sud du Liban.

Le Monde avec l’AFP et Reuters