LAUSANNE, Suisse (AP) – La frontière finale a rarement semblé plus proche que cela, du moins virtuellement.

Des chercheurs de l’une des principales universités suisses lanceront mardi un logiciel bêta open source qui permet des visites virtuelles à travers le cosmos, y compris la Station spatiale internationale, au-delà de la Lune, de Saturne ou des exoplanètes, galaxies et au-delà.

Le programme, appelé Virtual Reality Universe Project, ou VIRUP, rassemble ce que les chercheurs appellent le plus grand ensemble de données de l’univers pour créer des vues panoramiques en trois dimensions de l’espace.

Ingénieurs logiciels, astrophysiciens et experts en muséologie expérimentale de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, ou EPFL, se sont réunis pour dresser la carte virtuelle visualisable grâce à des équipements individuels de réalité virtuelle, des systèmes immersifs comme le cinéma panoramique avec lunettes 3D, écrans dôme. , ou simplement sur un PC pour une visualisation en deux dimensions.

« La nouveauté de ce projet était de mettre l’ensemble des données disponibles dans un cadre, quand on peut voir l’univers à différentes échelles : près de nous, autour de la Terre, autour du système solaire, au niveau de la Voie lactée, pour voir à travers l’univers et le temps jusqu’au début, ce qu’on appelle le Big Bang », a déclaré Jean-Paul Kneib, directeur du laboratoire d’astrophysique de l’EPFL.

Pensez à une sorte de Google Earth, mais pour l’univers. Les algorithmes informatiques accumulent des dizaines de téraoctets de données et produisent des images qui peuvent apparaître aussi près qu’un mètre (environ trois pieds), ou presque infiniment loin, comme si vous vous asseyiez et regardiez l’ensemble de l’univers observable.

READ  Le vaisseau spatial de Mars aperçoit une "figure angélique" près du pôle sud avant Noël

VIRUP est accessible à tous gratuitement, bien qu’il nécessite au moins un ordinateur et qu’il soit mieux visualisé avec un équipement de réalité virtuelle ou des capacités 3D. Son objectif est d’attirer un large éventail de visiteurs, à la fois des scientifiques cherchant à visualiser les données qu’ils continuent de collecter, et un large public cherchant à explorer le ciel de manière virtuelle.

C’est encore un travail en cours, pour l’instant, la bêta ne peut pas fonctionner sur un ordinateur Mac. Le téléchargement du logiciel et du contenu peut sembler fastidieux pour les utilisateurs d’ordinateurs moins qualifiés, et l’espace, sur un ordinateur, comptera. La plus grande version publique du contenu est une petite version qui peut être quantifiée en gigaoctets, en quelque sorte le meilleur des faits saillants. Les amateurs d’astronomie disposant de plus de mémoire PC peuvent choisir d’en télécharger davantage.

Le projet rassemble des informations à partir de huit bases de données qui comptent au moins 4 500 exoplanètes connues, des dizaines de millions de galaxies, des centaines de millions d’objets spatiaux au total et plus de 1,5 milliard de sources lumineuses de la seule Voie lactée. Mais quand il s’agit de données potentielles, le ciel est littéralement la limite : les futures bases de données pourraient inclure des astéroïdes dans notre système solaire ou des objets comme des nébuleuses et des pulsars plus loin dans la galaxie.

Sans aucun doute, des jeux et des représentations en réalité virtuelle existent déjà : des applications pour observer le cosmos sur tablettes permettent de cartographier le ciel nocturne, avec des gros plans d’astres avec zoom ; un logiciel comme SpaceEngine de la Russie offre des images de l’univers ; La NASA a fabriqué des oscilloscopes de réalité virtuelle plus petits.

READ  British Eatery lance Samosa dans l'espace et débarque en France

Mais l’équipe de l’EPFL dit que VIRUP va beaucoup plus loin et plus large : des données glanées à partir de sources comme le Sloan Digital Sky Survey aux États-Unis et la mission Gaia de l’Agence spatiale européenne pour cartographier la Voie lactée et sa mission Planck pour observer la première lumière de la univers. tous réunis dans une seule fenêtre pour les ensembles de données les plus complets à ce jour.

Et il y a plus à venir : lorsque le projet de télescope de 14 pays connu sous le nom de Square Kilometer Array commencera à extraire des informations, les données pourraient être comptées en pétaoctets, ou 1 000 téraoctets ou 1 million de gigaoctets.

Mettez vos lunettes de réalité virtuelle et c’est une sensation époustouflante de voir la Lune, apparemment de la taille d’un ballon de plage géant et planant assez près pour la tenir, alors que l’horizon tourne du côté ensoleillé au côté obscur de la surface lunaire .

Ensuite, il accélère au-delà du système solaire et de Saturne, puis s’élève au-dessus de la Voie lactée, tournant, clignotant et ondulant, avec les exoplanètes surlignées en rouge. Et bien plus loin encore, imaginez flotter à travers de petits points de lumière qui représentent des galaxies comme si le spectateur était un géant démesurément grand flottant dans l’espace.

« C’est un moyen très efficace de visiter toutes les différentes échelles qui composent notre univers, et c’est complètement unique », explique Yves Revaz, astrophysicien à l’EPFL. « Une partie très importante de ce projet est qu’il s’agit d’un premier pas vers le traitement d’ensembles de données beaucoup plus volumineux qui sont encore à venir. »

READ  2020 a vu de nombreux succès dans l'exploration spatiale

Des galaxies entières semblent être maintenues ensemble par des brins ou des filaments de lumière, presque comme une représentation de connexions neuronales, reliant des amas de lumière comme des galaxies. Pour l’une des plus grandes images de toutes, il y a une visualisation colorée du fond cosmique des micro-ondes – le rayonnement laissé par le Big Bang.

« Nous avons en fait commencé ce projet parce que je travaillais sur un projet de cartographie 3D de l’univers et j’étais toujours un peu frustré par la visualisation 2D sur mon écran, ce qui n’était pas très significatif », a déclaré Kneib, dans une pièce d’un immeuble. Un laboratoire indescriptible qui abrite un écran large, un cinéma en demi-dôme avec des fauteuils poire et un espace au sol dur pour les visites en réalité virtuelle.

« C’est vrai qu’en montrant l’univers en 3D, en montrant ces filaments, en montrant ces amas de galaxies qui sont de grandes concentrations de matière, on réalise vraiment ce qu’est l’univers », a-t-il ajouté.

Par JAMEY KEATEN
Presse associée