Publié le: Modifié:

Washington (AFP)

Virgin Galactic a déclaré mercredi qu’elle avait été autorisée à voler dans l’espace après que l’Agence fédérale de l’aviation (FAA) a conclu une enquête sur un « incident » de sécurité lié à sa mission très médiatisée en juillet qui mettait en vedette le fondateur de la société, Richard Branson.

La FAA a déclaré à la société qu’elle avait accepté ses propositions de mesures correctives liées au vol, qui ont vu le véhicule SpaceShipTwo tomber en dessous de son espace aérien assigné lors de sa descente vers sa piste à Spaceport America au Nouveau-Mexique.

Virgin Galactic mettra à jour ses calculs pour les futurs vols et demandera plus d’espace aérien, et a promis une communication en temps réel avec la FAA pendant les opérations de vol, a indiqué la compagnie.

« Toute notre approche du vol spatial est guidée par un engagement fondamental envers la sécurité à tous les niveaux, y compris notre système de vol spatial et notre programme de vols d’essai », a déclaré le directeur exécutif Michael Colglazier dans un communiqué.

« Nous apprécions l’examen complet de cette enquête par la FAA. Notre programme de vol d’essai est spécialement conçu pour améliorer continuellement nos processus et procédures. »

La FAA a immobilisé Virgin Galactic plus tôt ce mois-ci après qu’un rapport d’enquête dans le New Yorker a déclaré que le vol avait connu des irrégularités qui auraient pu compromettre la mission.

L’article indique que les pilotes ont trouvé des avertissements dans le cockpit indiquant que la montée de l’avion spatial propulsé par fusée était trop faible et que le nez n’était pas assez vertical.

READ  Le groupe Sepro crée une filiale en Suisse

Cela aurait pu signifier qu’après avoir emmené son équipage au bord de l’espace, il aurait manqué d’assez d’énergie pour planer vers sa piste sur Terre.

En fin de compte, le navire a atterri sur la piste, mais son altitude est tombée plus bas qu’elle ne devrait.

Une déclaration de la FAA a confirmé qu’elle avait clos son « enquête sur l’incident ».

« La FAA a également constaté que Virgin Galactic n’avait pas signalé l’écart à la FAA comme requis », indique le communiqué, une ligne suggérant que l’agence n’a appris l’irrégularité que par l’article du New Yorker.

Virgin Galactic prévoit son prochain vol d’essai, avec des membres de l’armée de l’air italienne, à la mi-octobre.