La France a connu sa température moyenne la plus élevée et les niveaux de précipitations les plus bas jamais enregistrés en 2022, a annoncé vendredi le bureau météorologique national.

La température moyenne pour l’année était de 14,5 degrés Celsius (58,1 Fahrenheit), « bien, bien au-dessus de 2020, qui détenait le précédent record » de 14,07 degrés Celsius, a indiqué Météo France dans un communiqué.

La chaleur était « un symptôme du changement climatique », a-t-il ajouté.

Le pays a également subi un « déficit pluviométrique record » de 25% en dessous de la moyenne à long terme, le plus bas depuis 1989, a ajouté le bureau météorologique.

Comme une grande partie de l’Europe occidentale, la France a connu un été exténuant de températures record et d’incendies de forêt qui ont conduit à un regain d’attention sur le changement climatique.

L’automne et l’hiver ont également été exceptionnellement doux, avec des pluies et des températures chaudes réduisant les pistes de ski normalement glacées des Alpes et des Pyrénées à des étendues boueuses.

Le président français Emmanuel Macron a été critiqué cette semaine par certains climatologues pour son discours du Nouvel An à la nation le week-end dernier, dans lequel il a suggéré que la sécheresse et les températures torrides de l’année dernière avaient été une surprise.

Parlant des problèmes qui se chevauchent et qui ont tourmenté le pays, il a déclaré : « Qui aurait pu prédire la vague d’inflation, déclenchée par la suite ? Ou la crise climatique aux effets spectaculaires encore cet été dans notre pays ? »

« Qui aurait pu prédire la crise climatique ? », a écrit sur Twitter la scientifique et géologue Goneri Le Cozannet.

READ  RTL 5minutes - Des milliers de personnes toujours bloquées: Des vies brisées: Des touristes secourus racontent l'horreur des inondations au Pakistan

« C’est marrant, c’est une de mes blagues préférées pour se moquer des politiciens qui ont perdu le contact avec la réalité. »

Le Cozannet est un contributeur du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU, qui a averti en février que le temps était presque écoulé pour assurer un « avenir viable » à tous sur terre.