Roberta Kaplan a démissionné de son poste de présidente de Time’s Up après avoir fait l’objet de nombreuses critiques pour avoir prétendument conseillé l’administration du gouverneur de New York Andrew Cuomo sur des allégations de harcèlement sexuel à son encontre.

Kaplan, un éminent avocat qui a fondé le fonds de défense juridique Time’s Up et représente l’écrivain E Jean Carroll dans un procès en diffamation contre Donald Trump, il a démissionné lundi, devenant le dernière figure marquante démissionner à la suite du scandale qui entoure Cuomo.

Time’s Up a été créé en réponse au mouvement #MeToo pour promouvoir l’égalité des genres. La nouvelle était rapporté pour la première fois par le New York Times Oui confirmé par l’organisation.

La semaine dernière un rapport Le procureur général de New York a découvert que Cuomo avait harcelé sexuellement 11 femmes et que Kaplan avait examiné un projet de lettre d’opinion visant à attaquer Lindsey Boylan, un ancien gouverneur adjoint et le premier à l’accuser publiquement de harcèlement sexuel. La lettre n’a jamais été publiée, mais faisait partie d’un effort par le cercle restreint du gouverneur pour discréditer Boylan, selon le rapport.

Dimanche, un haut responsable du gouverneur, Melissa DeRosa, qui s’est avéré être un élément central des efforts de représailles contre Boylan, a démissionné de l’administration.

Selon le Times, Kaplan a annoncé sa démission par lettre lundi, déclarant qu’en tant qu’avocate en exercice, elle ne pouvait pas répondre ouvertement aux questions sur son implication avec Cuomo ou DeRosa.

« J’ai donc conclu à contrecœur qu’une pratique juridique active n’est plus compatible avec le fait de siéger au conseil d’administration de Time’s Up en ce moment et je démissionne par la présente », a écrit Kaplan, selon le Times.

Sa démission est intervenue lorsqu’un groupe de 40 survivants d’agressions sexuelles posté une lettre ouverte à Time’s Up, critiquant à la fois Kaplan et la PDG de l’organisation, Tina Tchen, qui est également mentionnée dans le rapport du procureur général.

«Nous vous écrivons en tant que groupe collectif de survivants et de victimes qui croient que Time’s Up est en train de trahir la communauté des survivants. Nous croyions en leur mission et espérions que leur investissement dans l’éradication des agressions sexuelles et du harcèlement sur le lieu de travail renverserait la tendance pour nous soutenir à mesure que nous avancions, mais nous sommes déçus », indique la lettre.

Il appelle également à une enquête par un tiers « pour illustrer dans quelle mesure les membres du conseil d’administration et les membres du personnel de TIME’S UP ont été contactés, ont offert des conseils ou représentent des auteurs de préjudices ».

Dans une phrase Time’s Up a déclaré que la démission de Kaplan était « la bonne chose à faire et appropriée ».

Le rapport du procureur général a révélé que Cuomo avait tâtonné, embrassé ou fait des commentaires suggestifs à 11 femmes en violation de la loi, incitant les procureurs locaux à ouvrir une enquête pénale et ravivant les appels pour qu’il démissionne ou soit inculpé.

L’enquête, qui a duré près de cinq mois, a interrogé 179 personnes et a été menée par deux avocats externes, a révélé que l’administration Cuomo était un « environnement de travail hostile » qui était « chargé de peur et d’intimidation ».

Les avocats de Cuomo ont tenté d’attaquer l’intégrité du rapport alors que le gouverneur cherche à conserver son poste, malgré les appels bipartites croissants pour qu’il démissionne. Le New York L’Assemblée examine des articles d’impeachment contre le gouverneur.

READ  L'opposition vénézuélienne bat le candidat de Maduro dans l'État d'origine de Chávez | Venezuela