(Bloomberg) – La France a établi un plan quinquennal pour réduire progressivement son déficit budgétaire alimenté par la crise, en s’appuyant sur les attentes d’une forte croissance économique pour éviter de fortes coupes dans les dépenses.

contenu de l’article

(Bloomberg) – La France a établi un plan quinquennal pour réduire progressivement son déficit budgétaire gonflé par la crise, en s’appuyant sur les attentes d’une forte croissance économique pour éviter de fortes coupes dans les dépenses.

contenu de l’article

Malgré une « situation économique difficile dans les mois à venir » et « des incertitudes géopolitiques majeures sur l’énergie et le commerce », le ministre des Finances Bruno Le Maire a déclaré que les réformes économiques promises par le président Emmanuel Macron au cours des cinq prochains mois devraient porter la croissance annuelle à 1,8% de croissance en 2027 et porter le chômage à 5 %.

Ce contexte économique, combiné à l’objectif de limiter la croissance des dépenses annuelles à un creux de 0,6 % en deux décennies, ferait passer le déficit budgétaire en dessous de 3 % d’ici la fin du deuxième mandat de Macron en 2027.

« Ce programme de stabilité repose sur une croissance française qui progressera plus vite que les dépenses publiques, et c’est ce qui en fait un message politique sérieux sur les finances publiques », a-t-il déclaré jeudi à la presse.

La stratégie de redressement des finances de la France après une flambée des dépenses pendant la pandémie de Covid est déjà assombrie par des risques. Après avoir perdu sa majorité au parlement, on ne sait pas si Macron aura le soutien pour les réformes des retraites et des allocations de chômage sur lesquelles il compte pour réduire le chômage et augmenter suffisamment l’activité économique pour améliorer les finances publiques. .

READ  Le dollar gagne dans une économie mondiale désordonnée, et c'est important pour lutter contre l'inflation

contenu de l’article

Le président pourrait également faire face à l’opposition en réduisant les dépenses des collectivités locales, tandis que d’autres mesures pourraient être retardées. La réduction des droits de succession, par exemple, comme Macron l’a promis lors de sa campagne, n’est pas une priorité pour le moment car l’accent est mis sur la réduction des impôts sur les sociétés, selon le ministère des Finances.

De plus, les prévisions des programmes de stabilité français se sont souvent révélées trop optimistes, même lorsque les présidents étaient majoritaires au parlement. Plus tôt jeudi, le centre de recherche économique OFCE a déclaré qu’il s’attend à ce que Macron rate son objectif de déficit et que le chômage augmente plutôt que de baisser au cours des deux prochaines années, s’établissant à 7,5% en 2027.

Voici ce que le programme prédit :