Publié le: Modifié:

Charm el-Cheikh (Egypte) (AFP) – Les pourparlers de l’ONU sur le climat dimanche ont offert une once d’espoir et de « solidarité » aux pays en développement touchés par les impacts de plus en plus coûteux du réchauffement climatique, alors qu’ils acceptaient de discuter de l’épineuse question de l’argent pour les « pertes et dommages ».

Les pays les moins responsables des émissions de réchauffement de la planète, mais les plus durement touchés par une vague de conditions météorologiques extrêmes, ont accru la pression sur les pays riches et pollueurs pour qu’ils fournissent une aide financière afin d’accélérer les dégâts.

Mais signe du caractère controversé de la question parmi les pays les plus riches qui craignent une responsabilité climatique indéfinie, la question n’a été ajoutée à l’ordre du jour officiel du sommet sur le climat COP27 de l’ONU dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh qu’après deux jours de la dernière- négociations minutieuses.

Cela « reflète un sentiment de solidarité et d’empathie pour la souffrance des victimes des catastrophes induites par le climat », a déclaré sous les applaudissements le président égyptien de la COP27, Sameh Shoukry.

Lors du sommet des Nations Unies de l’année dernière à Glasgow, l’Union européenne et les États-Unis ont rejeté les appels à un mécanisme financier séparé.

Au lieu de cela, les négociateurs ont convenu d’entamer un « dialogue » qui se poursuivra jusqu’en 2024 sur la compensation financière.

Le problème est devenu de plus en plus urgent ces derniers mois alors que les nations ont été frappées par un crescendo de catastrophes, telles que les inondations massives qui ont submergé un tiers du Pakistan en août.

READ  Une créature de 250 millions d'années avec des défenses en forme d'éléphant, un bec en forme de tortue hiberné pour survivre, selon une étude

« Des vies sont perdues »

Madeleine Diouf Sarr du Sénégal, qui représente le bloc de négociation des pays les moins avancés, a déclaré que l’action climatique à tous les niveaux avait été trop lente.

« Des vies sont perdues. Le changement climatique cause des pertes et des dommages irréversibles, et notre peuple en supporte le coût le plus élevé », a-t-il déclaré, ajoutant qu’un accord doit être conclu sur les modalités de financement en Égypte.

Les inégalités du changement climatique Julia Han JANICKIAFP

Les appels à plus d’argent sont renforcés par un domaine connu sous le nom de science de l’attribution des événements, qui permet désormais de mesurer dans quelle mesure le réchauffement climatique augmente la probabilité ou l’intensité d’un cyclone, d’une vague de chaleur, d’une sécheresse ou de fortes pluies.

« Aujourd’hui, les pays ont franchi un premier obstacle historique pour reconnaître et répondre à l’appel au financement pour faire face à l’escalade des pertes et des dommages », a déclaré Ani Dasgupta, directeur du World Resources Institute, un groupe de réflexion sur la politique climatique.

Mais il a dit que faire en sorte que les négociateurs acceptent de discuter de la question n’était qu’une première étape.

« Nous avons encore un marathon devant nous avant que les pays ne prennent une décision formelle sur cette question centrale pour le CO27 », a-t-il déclaré.

Les différends sur les pertes et les dommages se sont déroulés dans le contexte d’une promesse non tenue des pays riches de fournir 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour aider le monde en développement à verdir leurs économies et à anticiper les chocs futurs, appelés « adaptation » dans le jargon climatique de l’ONU.

READ  Étudiant en physique à la pointe de l'expérience de recherche nucléaire
Le président de la COP27, Sameh Shoukry, s'exprime après la cérémonie d'ouverture de la COP27 et parle de la
Le président de la COP27, Sameh Shoukry, s’exprime après la cérémonie d’ouverture de la COP27, parlant des « victimes des catastrophes induites par le climat ». José Eid AFP

Cet objectif de financement manque encore de 17 milliards de dollars. Les pays riches ont promis d’atteindre l’objectif d’ici la fin de 2023, mais les observateurs affirment que le problème a gravement sapé la confiance.

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement a déclaré que l’objectif, fixé pour la première fois en 2009, n’a pas suivi la réalité, estimant que le financement pour renforcer la résilience aux futures menaces climatiques devrait être jusqu’à 10 fois plus élevé.

« Des mots aux actes »

Pendant ce temps, les pays sont loin d’atteindre l’objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degrés Celsius.

Une sécheresse dévastatrice s'empare de la Corne de l'Afrique après quatre saisons des pluies ratées consécutives
Une sécheresse dévastatrice s’empare de la Corne de l’Afrique après quatre saisons des pluies ratées consécutives Yasuyoshi CHIBA AFP/Archives

L’ONU affirme que le monde se dirige actuellement vers un réchauffement de 2,8°C, soit un réchauffement encore catastrophique de 2,4°C, même si toutes les promesses nationales dans le cadre du traité de Paris sont tenues.

En fonction de la profondeur à laquelle le monde réduira la pollution par le carbone, les pertes et les dommages dus au changement climatique pourraient coûter aux pays en développement entre 290 et 580 milliards de dollars par an d’ici 2030, atteignant 1 000 à 1 800 milliards de dollars en 2050, selon le Grantham Research Institute on Climate Change and l’environnement. À Londres.

La Banque mondiale a estimé que les inondations au Pakistan ont causé à elles seules 30 milliards de dollars de dégâts et de pertes économiques. Des millions de personnes ont été déplacées et deux millions de maisons détruites.

READ  Nouvelles du transfert de Tottenham: Ndombele restera probablement

Simon Stiell, secrétaire exécutif de l’ONU pour le changement climatique, a déclaré que les pays vulnérables sont « fatigués » et « frustrés ».

« Ici à Charm el-Cheikh, nous avons le devoir d’accélérer nos efforts internationaux et de transformer les paroles en actes pour rattraper leur expérience vécue », a-t-il déclaré.

Jusqu’à présent, les pays pauvres ont eu peu d’influence dans le différend onusien sur l’argent. Mais à mesure que les dommages climatiques s’accumulent, la patience s’épuise.

Le bloc de négociation AOSIS des petites nations insulaires a déclaré à l’AFP qu’il aimerait voir les détails d’un fonds dédié aux pertes et dommages établi d’ici un an.

« Il n’y a pas assez de soutien pour que nous commencions même à nous préparer aux pertes et aux dommages auxquels nous sommes censés faire face », a déclaré le négociateur en chef de l’AOSIS sur le financement climatique, Michai Robertson.