Les drapeaux nationaux de la Chine et de Taïwan sont affichés à côté d’avions militaires dans cette illustration prise le 9 avril 2021. REUTERS/Dado Ruvic/Illustration

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

ZURICH, 30 juillet (Reuters) – La chef de l’agence suisse qui met en œuvre les sanctions économiques s’attend à ce que le pays neutre adopte toutes les mesures punitives que l’Union européenne lancera contre la Chine si elle envahit Taïwan, a-t-elle déclaré dans une interview à un journal.

La Chine a intensifié ses activités militaires autour de Taïwan pour faire pression sur le gouvernement démocratiquement élu afin qu’il accepte la souveraineté chinoise. Le gouvernement taïwanais affirme que seuls les 23 millions d’habitants de l’île peuvent décider de son avenir et, même s’il veut la paix, il se défendra s’il est attaqué. Lire la suite

Interrogée par le journal Neue Zuercher Zeitung pour savoir si la Suisse adopterait dans ce cas des sanctions de l’UE contre la Chine, la directrice du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO), Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, a déclaré: « Je crois fermement que nous adopterions de telles les sanctions ».

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« Cependant, les sanctions dans le cas de la Chine seraient beaucoup plus drastiques (que les sanctions contre la Russie) parce que les relations économiques sont beaucoup plus importantes. Par conséquent, il y aurait probablement plus de discussions dans l’UE et aux États-Unis, ainsi que en Suisse. il y en avait en Russie. Mais j’espère qu’on n’en arrivera jamais là.

READ  La France prête à travailler avec le Bangladesh pour des avantages économiques et sociaux

Ineichen-Fleisch a défendu le bilan de la Suisse dans l’adoption de sanctions de l’UE contre des particuliers et des entreprises russes suite à l’invasion russe de l’Ukraine en février, que Moscou décrit comme une « opération militaire spéciale ».

La pression s’est intensifiée sur la Suisse, destination prisée de l’élite moscovite et lieu de stockage des richesses russes, pour identifier et geler plus rapidement les avoirs de centaines de Russes sanctionnés. Lire la suite

Depuis ce mois-ci, la Suisse a gelé 6,7 milliards de francs suisses (7,04 milliards de dollars) d’actifs financiers russes et 15 propriétés, et Ineichen-Fleisch a déclaré que ce chiffre ne devrait pas beaucoup changer.

« Nous, au SECO, n’avons aucune indication qu’il existe de nombreux actifs de personnes sanctionnées qui n’ont pas encore été retrouvés », a-t-il déclaré.

(1 $ = 0,9514 franc suisse)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Informations de Michael Shields ; Edité par Toby Chopra

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.