PARIS, 10 mars (Reuters) – La France et le Royaume-Uni ont signé vendredi deux accords de partenariat énergétique, mettant l’accent sur l’énergie nucléaire comme source d’énergie sûre à faible émission de carbone.

Les accords ont été annoncés lors d’un sommet bilatéral à Paris qui couvrait l’énergie, la défense et la migration.

“La France et le Royaume-Uni travaillent ensemble pour que (le président russe Vladimir) Poutine ne puisse plus jamais militariser notre sécurité énergétique”, a déclaré le Premier ministre britannique Rishi Sunak lors d’une conférence de presse à Paris.

“Nous créons un avenir où chaque watt d’énergie qui alimente nos maisons et nos industries proviendra de sources sûres, durables et fiables.”

Le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’il espérait que les Britanniques pourraient partager leurs connaissances sur l’éolien offshore, une technologie que la France a du mal à développer.

Dans le cadre du premier des deux accords, la France envisagera de construire des interconnexions électriques avec son voisin pour augmenter les flux énergétiques transfrontaliers.

dernières mises à jour

Voir 2 autres histoires

Les deux pays coopéreront également sur les technologies énergétiques propres, telles que l’hydrogène et la capture du carbone.

Un deuxième accord nucléaire spécifique établit un groupe de travail sur la sûreté et l’innovation nucléaires, les deux pays construisant des centrales nucléaires, à la fois des réacteurs modulaires de grande taille et de petite taille. La réduction de la dépendance vis-à-vis de la Russie pour les produits nucléaires civils a également été mentionnée comme une priorité.

“Nous avons une ambition commune, et c’est de sortir des énergies fossiles”, a déclaré Macron.

Le service public français EDF (EDF.PA) construit déjà une centrale nucléaire en Grande-Bretagne, Sizewell C, avec un deuxième projet en préparation, Hinkley Point C.

Reportage par America Hernandez; Edité par Barbara Lewis

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.