L’entraîneur français Laurent Frayssinous a admis que ses joueurs étaient « déçus » de leur défaite 64-0 contre l’Angleterre, mais insiste sur le fait qu’ils doivent continuer à jouer chaque année.

Les Français se sont humiliés 64-0 face à l’Angleterre au Halliwell Jones Stadium de Warrington samedi après-midi.

Frayssinous n’a pas caché sa déception après le match, affirmant qu’il s’agissait d’un « test de réalité » pour son équipe.

Il a déclaré: «Mes pensées sont une belle et bonne réalité pour savoir où nous en sommes.

« Le score est assez compliqué, on a un vestiaire cassé et déçu mais en même temps c’est là où on en est. C’est une courbe d’apprentissage pour certains enfants.

« Ce qu’ils doivent faire, c’est jouer semaine après semaine, comme le font tous les garçons en Angleterre. En ce moment, bien qu’ils soient jeunes, les garçons d’Angleterre sont les meilleurs de leur compétition. Et pour nous, on a quelques jeunes joueurs qui évoluent dans la compétition française, le Championnat ou disputent un ou deux matchs en Super League, mais c’est là où nous en sommes et c’est la réalité.

« Nous allons continuer à travailler, c’est ce dont nous avons parlé dans le vestiaire. Nous continuerons à travailler pour nous assurer de mieux finir le match la prochaine fois. »

Laurent Frayssinous : « Il faut continuer à jouer contre l’Angleterre »

Frayssinous a insisté pour que la France continue à jouer Angleterre dans un rendez-vous annuel pour que l’équipe de France s’améliore.

Il a ajouté: « Je pensais que ces deux dernières années, nous avions gagné le respect de l’Angleterre, je ne veux pas que l’Angleterre nous juge sur ce tableau de bord ce soir. La prochaine fois, nous serons certainement mieux. C’est là où nous en sommes, mais nous ferons mieux la prochaine fois, je peux le garantir.

« Le point principal pour moi est que nous devons continuer à jouer la France contre l’Angleterre chaque année. Idéalement en France, mais si ce n’est pas en France, je suis content de jouer à Warrington ou ailleurs. »

A LIRE SUIVANT : George Williams montre l’exemple alors que l’Angleterre dépasse la France