électricité neutre en carbone

CSCS tire 100 % de son électricité de l’hydroélectricité et est neutre en carbone. De plus, la consommation énergétique de l’ensemble du Centre en 2021 était d’environ 37 gigawattheures avec une production moyenne d’environ 4 mégawatts. À titre de comparaison, les installations de recherche du CERN et du PSI ont respectivement des besoins en électricité de 1 300 gigawattheures et 126 gigawattheures, selon de récents rapports des médias.

Outre le « Piz Daint », le CSCS exploite également le page externeMétéoSuisse ordinateur, le page externecerveau bleu informatiques et autres systèmes exploités au sein du CSCS pour le compte des partenaires. Le CSCS héberge également l’EPF Euler l’ordinateur. Ces systèmes associés représentent environ 35 % de la demande énergétique totale du Centre. Par ailleurs, le CSCS fournit également des capacités de calcul au « Piz Daint » et éventuellement aux « Alpes », en page externeMAGNIFIQUE réseau de recherche sur les matériaux, l’Université de Zurich et le PSI.

Une efficacité élevée commence par l’infrastructure

Une planification minutieuse a fait du CSCS l’un des centres de données les plus économes en énergie au monde lors de son ouverture en août 2012, et il le reste aujourd’hui avec une note PUE (Power Usage Effectiveness) inférieure à 1,2. Les page externeValeur PUE Il indique l’efficacité avec laquelle l’énergie fournie dans un centre de données est consommée. Plus la valeur est proche de 1,0, plus le centre de données est économe en énergie.

Même dix ans après l’achèvement du nouveau bâtiment à Lugano, les nouveaux bâtiments de centres de données supplémentaires indiquent toujours « uniquement » un PUE inférieur à 1,2. C’est également le cas des projets de l’ETH Zurich pour un centre de données sur le campus de Hönggerberg (plus à ce sujet bientôt).

READ  Microsoft apporte le casque de réalité mixte HoloLens 2 en Inde

Le datacenter du CSCS doit notamment son efficacité énergétique à sa page externesystème de refroidissement sophistiqué et innovant qui utilise l’eau du lac de Lugano. L’infrastructure de refroidissement est conçue pour refroidir des ordinateurs performants d’une puissance allant jusqu’à 14 mégawatts (infrastructures de recherche telles que « Piz Daint » ou son successeur « Alps ») dans le soi-disant premier circuit de refroidissement. Ce circuit frigorifique est également utilisé pour refroidir page externeexploitation minière-Immeuble de bureaux certifié CSCS en été.

Après le premier cycle de refroidissement, l’eau relativement chauffée du deuxième circuit peut encore refroidir des ordinateurs d’une puissance totale allant jusqu’à 7 mégawatts. Le deuxième circuit refroidit, entre autres, l’air dans les boîtiers, appelés îlots de refroidissement, dans lesquels ces petits systèmes et dispositifs de stockage de données sont logés.

Les page externebâtiment du csc Il est également chauffé avec la chaleur résiduelle du retour du second circuit frigorifique avec une pompe à chaleur. Le flux de chauffage est donc faible à 30 degrés Celsius. Grâce à ce système soigneusement conçu, la même infrastructure est utilisée dans l’immeuble de bureaux pour le chauffage en hiver et le refroidissement en été.

synergie énergétique

Afin de réduire au maximum la demande d’énergie et de réutiliser l’énergie dans la mesure du possible, le CSCS a pris des mesures encore plus innovantes ces dernières années : avant que la boucle d’eau ne pénètre à nouveau dans le lac, elle entraîne deux micro-turbines pour produire encore plus d’électricité. À 200 mégawattheures par an, l’électricité générée par la turbine couvre plus de 30 % des besoins énergétiques de la station de pompage elle-même, qui pompe l’eau sur une distance de 2,8 kilomètres et 30 mètres en amont du centre de données.

READ  Un diamant rare, extrait de l'espace, pourrait rapporter 6,8 millions de dollars