Sur Facebook, Laurent, actuel aventurier de Koh-Lanta: Les 4 Terres, a violemment critiqué le producteur derrière le jeu TF1, suite à la couverture médiatique d’une menace de décapitation dont il a été victime. Alexia Laroche-Joubert, patronne d’Aventure Line Production, clarifie les choses sur Télé-Loisirs.fr.

Laurent Il est contrarié ! Pendant plusieurs heures, l’aventurier de Koh-Lanta: les 4 terres est au cœur d’une histoire très triste. En fait, mercredi soir, nos collègues de Parisien a révélé que le professeur d’histoire et de géographie de 48 ans a reçu plus tôt cette semaine une menace de décapitation sur Instagram et Facebook. Pris très au sérieux par la police, ce terrible spectre qui rappelle le sort tragique de Samuel Paty, un professeur décapité le 16 octobre à la sortie de l’université, a conduit à l’arrestation et à la garde à vue d’un homme de 30 ans à Clayes sous-Bois en Yvelines ce mardi 4 novembre. Depuis, l’enquête s’est poursuivie et l’homme en question a été amené à comparaître immédiatement ce jeudi 5 novembre. Mais ce jeudi matin, sur sa page Facebook, Laurent Il a été surpris de voir son nom dans la presse. L’aventurier en a profité pour lancer un grand spiel contre la production de Koh-Lanta.

«La production de Koh-Lanta participe étrangement aux soirées et ne trouve rien à redire et ne m’apporte aucune aide.« 

« Nuit courte et mouvementée, je voulais éviter de m’exposer pour protéger la mienne, mais Le Parisien (scandaleux tabloïd) a réussi à mettre la main sur mes minutes (on se demande comment?), La Delfine a à qui j’avais donné mon accord pour clore le sujet et rassurer à tous sans donner mon identité, ils m’ont dit qu’ils sont obligés de continuer et puisqu’ils vont tous jeter mon nom, brosser la photo pour gagner de l’argent en désobéissant à notre accord et sans ma permission … Un monde de requins! La production de Koh-Lanta qui bloque toute notre communication, toutes nos interventions et contrôle nos réseaux sociaux, participe étrangement aux soirées et ne trouve rien à redire et ne m’apporte aucune aide … Ils participent tous à la mise en danger de la vie d’autres personnes et violer les droits les plus élémentaires de l’éducation … J’ai mis mes pieds dans un panier de crabes de l’enfer … Bonjour à tous! » Il a posté sur le réseau social.

READ  Ensemble Dimitri Monstein, Paysage | L'anachronique du vinyle

Face à ce fardeau, Alexia Laroche-Joubert, directeur d’Adventure Line Production, la société derrière Koh-Lanta, a voulu expliquer dans une interview qu’il nous a accordée. « Ce que Laurent a écrit est complètement faux. J’ai essayé de le contacter depuis la publication de ce post sur Facebook, il ne m’a toujours pas rappelé. Je pense qu’il est stressant que votre rapport d’audition ait été rendu public dans la presse. Attaquez tout. La presse, la police, la production de Koh-Lanta, est un coup sanglant. C’est totalement infondé. D’autant qu’il n’y a pas de problème entre Laurent et nous, est lancé immédiatement avant d’expliquer certaines des accusations du professeur.

« Nous ne contrôlons pas les réseaux sociaux des aventuriers. Nous ne pouvions pas faire ça. Nous les accompagnions avant le tournage et avant la diffusion. A l’époque, quelqu’un les rencontre pour expliquer ce qu’ils vont vivre. Personne ne peut réaliser l’impact de l’exposition médiatique de Koh-Lanta sur la vie des aventuriers. Mais ils sont libres de communiquer. La seule chose dans laquelle nous pourrions intervenir, c’est s’ils en disent trop sur le contenu de l’émission et gâchent les futurs épisodes. Ils font l’objet d’un accord de confidentialité. Ils ne sont pas autorisés à dénigrer les autres aventuriers. Nous sommes dans un cadre de bonne éducation« .

« Je parle dans la presse aujourd’hui pour dire qu’il n’y aura pas de menaces impunies contre les aventuriers »

Concernant le manque d ‘ »aide » qu’Adventure Line Production aurait apporté à Laurent, Alexia Laroche-Joubert le nie à nouveau. « Lorsque vous nous avez contactés, nous vous avons conseillé de déposer un rapport.. Ce qu’il a fait aussi et a eu raison, elle explique. On lui a demandé s’il voulait une aide psychologique pour lui et sa femme (…) La réalité est qu’ils lui proposent de l’aide et qu’ils lui donnent un numéro de téléphone psychothérapeute sur appel. Le reste relève du secret médical et nous n’avons pas à y intervenir.« 

READ  Netflix : ISP Speed ​​Index pour septembre 2021 →

Enfin, Alexia-Laroche Joubert a rappelé lors de notre entretien les raisons pour lesquelles elle s’est exprimée sur ce sujet délicat. « Aujourd’hui, je parle dans la presse pour dire qu’il n’y aura pas de menaces impunies contre les aventuriers. Désormais, des plaintes sont déposées, la justice intervient, le Procureur est saisi pour lui faire connaître les affaires. Laurent a porté plainte. Il avait raison. La personne a été arrêtée. Il faut arrêter de penser que toutes ces personnes perdues peuvent parler en toute impunité. Ce temps est écoulé. Ce n’est plus possible (…) 99% des échanges du programme Koh-Lanta sont respectueux et normaux. C’est un spectacle qui déchaîne les passions et qui laisse parfois place à la nervosité mais dans 99% des cas, c’est toujours la décence.