Les ministres des affaires étrangères de l’Australie, du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, des Pays-Bas, de la Norvège, de l’Espagne, de la Suisse, du Royaume-Uni et des États-Unis ainsi que le haut représentant de l’Union européenne condamnent fermement les récentes décisions des talibans d’interdire femmes des universités, continuent d’interdire aux filles l’accès à l’école secondaire et imposent d’autres restrictions sévères à la capacité des femmes et des filles en Afghanistan d’exercer leurs droits humains et leurs libertés fondamentales.

Les mesures oppressives des talibans contre les filles et les femmes afghanes ont été implacables et systémiques. Au cours des 16 derniers mois, les talibans ont publié pas moins de 16 décrets et édits qui, entre autres, restreignent la mobilité des femmes, retirent les femmes des lieux de travail, obligent les femmes à se couvrir les pieds, interdisent aux femmes d’utiliser les espaces publics comme les parcs et les gymnases , et laissent les veuves et les ménages dirigés par une femme dans une situation désespérée en raison de l’exigence d’une tutelle masculine. Ces politiques montrent clairement le mépris des talibans pour les droits de l’homme et les libertés fondamentales du peuple afghan.

L’ingéniosité et le dynamisme des femmes afghanes sont nécessaires de toute urgence pour aider à atténuer les besoins économiques et humanitaires profonds et accablants. Un Afghanistan stable, économiquement viable et pacifique n’est réalisable et durable que si tous les Afghans, y compris les femmes et les filles, peuvent participer et contribuer pleinement, de manière égale et significative à l’avenir et au développement du pays.

READ  José a raison: le manager de Chelsea Tuchel répond aux railleries de Mourinho

Nous soutenons tous les Afghans dans leur demande d’exercer leurs droits humains conformément aux obligations de l’Afghanistan en vertu du droit international. Avec ces mesures, les talibans s’isolent davantage de la population afghane et de la communauté internationale. Nous exhortons les talibans à abandonner immédiatement les nouvelles mesures oppressives concernant l’enseignement universitaire pour les femmes et les filles et à annuler sans délai la décision existante d’interdire aux filles l’école secondaire.

Les politiques des talibans visant à rayer les femmes de la vie publique auront des conséquences sur la manière dont nos pays interagissent avec les talibans. Notre principale préoccupation continuera d’être le bien-être, les droits et les libertés du peuple afghan.