Trois semaines après le lendemain de l’attaque terroriste devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, qui a fait deux grièvement blessés, un enseignant a été décapité avec un couteau. Le parquet national antiterroriste vient d’examiner les faits.

Ce vendredi après-midi, Samuel P., professeur d’histoire, a été retrouvé assassiné et décapité près d’une université de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) vers 17 heures, ont indiqué des sources policières à Parisien-Aujourd’hui. en France.

Cette découverte a été faite par les policiers du BAC (brigade criminelle) à Conflans alors qu’ils avaient vu auparavant un suspect tenant un couteau de cuisine. Il apparaît que le suspect s’était enfui, en direction de la ville voisine d’Eragny (Val-d’Oise). Après avoir été abattu, les autorités ont ordonné à l’attaquant d’abaisser son arme. Ce qu’il a refusé et était très agressif. Le suspect a été abattu et déclaré mort. L’agresseur serait un ressortissant algérien né en 1972. Actuellement, les enquêteurs de la police judiciaire procèdent aux constatations sur place. Auparavant, les démineurs avaient émis des doutes sur l’existence d’un engin explosif dans le corps de l’attaquant. .

Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime décapitée serait professeur d’histoire au collège de Conflans-Saint-Honorine et père d’un élève. Les magistrats du parquet national antiterroriste, dont le procureur Jean-François Ricard, se sont rendus sur les lieux et ont repris l’enquête ouverte pour «meurtre en relation avec une société terroriste et une association criminelle terroriste». Les enquêtes ont été confiées à la sous-direction antiterroriste (Sdat) et à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Selon nos informations, la victime avait récemment donné à ses élèves une leçon sur la liberté d’expression et avait montré les caricatures de Muhammad.

READ  Un rappeur du groupe PNL en garde à vue pour "consommation de drogue", "outrage" et "rébellion"

>> Plus d’informations sur leparisien.fr