Des milliers de personnes se sont rassemblées pour une fête à Wuhan le 15 août 2020. – STR / AFP

La Chine a défendu jeudi l’organisation de cette méga-soirée techno dans un parc aquatique bondé Wuhan, là où l’épidémie a commencé, saluant une «victoire» contre la
coronavirus.

Affichage de photos et vidéos AFP d’une grande réunion Des centaines de baigneurs en maillot de bain, dansant côte à côte sur de la musique électronique et sans masque, ont été largement partagés sur les réseaux sociaux. La Chine est le premier pays à avoir identifié des cas de Covid-19 fin 2019 à Wuhan. Mais depuis lors, l’épidémie a été contenue dans le pays, grâce à un endiguement strict, l’utilisation généralisée des masques et la surveillance des contacts. Il n’y a donc aucun regret pour les décès depuis la mi-mai.

Une ville isolée du monde

Les images du parc aquatique de Maya Beach, prises le week-end dernier, ont cependant suscité l’incompréhension ou l’étonnement de certains internautes en Europe ou aux États-Unis, où le coronavirus continue de faire de nombreuses victimes. La vidéo de l’AFP a cumulé plus de 16 millions de vues depuis son lancement.

Ce spectacle au parc aquatique “montre que Wuhan a remporté une victoire stratégique dans sa lutte contre l’épidémie”, a déclaré Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, en réponse à une question jeudi. «J’ai vu l’article de l’AFP. Apparemment, Européens et Américains ont été très surpris “quand ils ont vu ces images”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse régulière, affirmant qu’il s’attendait à ce que les médias étrangers “rendent compte de la situation réelle” en Chine.

Wuhan était coupée du monde pendant 76 jours entre janvier et avril. Mais la grande majorité des 11 millions d’habitants ont été testés dans le cadre d’une campagne de dépistage de masse et sont progressivement revenus à une vie normale. De nombreux parcs aquatiques et piscines ont déjà rouvert en Chine.

READ  Aung San Suu Kyi exclue de la "communauté" des lauréats du prix Sakharov pour les droits de l'homme