Les titres du Grand Chelem ne sont pas aussi importants pour Novak Djokovic que l’autonomie corporelle. Si nécessaire, il est prêt à sacrifier l’héritage de sa propre carrière sur l’autel de ses croyances pseudoscientifiques. Et pourtant, vacciné ou non, il reste un tournoi clé auquel vous pouvez vous attendre en toute confiance.

Djokovic ne jouera pas seulement à Wimbledon cet été, sauf nouvelle variante catastrophique. Vous le gagnerez presque certainement. Regardez la liste des rivaux potentiels et elle existe à peine.

Roger Federer, 40 ans, a du mal à être prêt à temps pour l’été. Andy Murray a une hanche en métal. Les genoux de Rafael Nadal grincent à chaque fois que le ballon glisse sur le green. Et Daniil Medvedev, ce demi-dieu de la cour dure, est si mortel sur l’herbe qu’il a à peine atteint la deuxième semaine de Wimbledon.

Djokovic, quant à lui, arrivera sur une séquence de 21 victoires consécutives au All England Club. Il n’y a pas perdu depuis qu’il s’est retiré des quarts de finale de 2017 en raison de problèmes de coude. Quelque chose ou quelqu’un peut-il l’empêcher d’ajouter un septième titre à Wimbledon ? Face à cette évidence, les gardes-frontières vont représenter leur plus grand défi.

Djokovic ne sera probablement pas interdit de compétition, ni même d’entrer dans le pays, en écho au fiasco de janvier à Melbourne. Oui, ses chances de jouer à Paris resteront chancelantes tant qu’Emmanuel Macron voudra « exaspérer » les non-vaccinés. Mais les politiques covid de la Grande-Bretagne sont beaucoup plus détendues.

Il peut sembler ironique que si Wimbledon accueille tous les participants, les trois soi-disant « ouvertures » (d’Australie, de France et des États-Unis) soient actuellement fermées à Djokovic pour des raisons d’immigration.

READ  Le nouveau musée de Rome dédié à la cuisine

Pourtant, s’il pouvait choisir un événement auquel participer et potentiellement réclamer ses 21St. titre important : Djokovic opterait sûrement pour Wimbledon. Sa carrière même a été inspirée par ses premiers aperçus de Center Court. « J’ai vu Pete Sampras », écrit-il, « et j’ai su qu’un jour ce serait moi. » Il a même transformé un vase en plastique en un trophée de fortune et le lui a présenté devant le miroir.

Mais si Djokovic est sûr de se concentrer sur Wimbledon comme pièce maîtresse de sa saison 2022, qu’en pense le tournoi ?

Certains pourraient craindre que la présence de Djokovic, le seul homme non vacciné dans le top 100 mondial, ne fasse de l’ombre à ce qui devrait autrement être une excellente édition des Championnats. Les mauvais sentiments pourraient-ils noyer le retour d’Emma Raducanu, ainsi que les éventuels derniers hourras de Murray et Federer?

Cela semble possible, mais peu probable. Wimbledon contient de nombreux récits d’été. Il est vrai que l’arrivée de Djokovic serait bruyante et controversée. Il en va de même pour la finale, comment et quand il l’a atteint. Mais sa présence au milieu de la quinzaine est si familière qu’elle se fondrait probablement dans le décor.

Quant aux fans, ils n’ont jamais vraiment adhéré à Djokovic. Vous vous souvenez peut-être de la partialité de la foule du court central le 14 juillet 2019. C’est le jour où il a battu Federer, sauvant deux points de championnat. Le soutien était tout aussi partisan à Lord’s le même après-midi, où l’Angleterre a devancé de peu la Nouvelle-Zélande lors de la finale de la Coupe du monde de cricket.

READ  Un sondage français place l'expert d'extrême droite Zemmour devant Le Pen | Nouvelles politiques

Cette année, nous avons peut-être entendu des huées dans les tribunes, tel est le personnage anti-héros que Djokovic a perfectionné en Australie. Mais le court central est rarement bruyant. Même s’il ne ressent pas l’amour dans cette cathédrale du tennis, il y est habitué. Ses yeux seront rivés sur le trophée et une autre étape dans la liste du Grand Chelem. Si l’histoire est un guide, ces difficultés locales ne feront qu’inspirer Djokovic vers de nouveaux sommets.