Les gardiens de la révolution, son unité d’élite pour les opérations à l’étranger, ainsi que divers médias iraniens sont une cible particulière.

Selon les États-Unis, ils ont essayé “saper le processus démocratique américain”. Washington a annoncé avoir sanctionné les Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de Téhéran, le jeudi 22 octobre, pour une “tentative d’interférence” aux élections américaines du 3 novembre, malgré les démentis de l’Iran.

Dans une déclaration (Page en anglais), le Trésor américain mentionne “Brazen tente de semer la discorde parmi les électeurs en diffusant de la désinformation en ligne et en menant des opérations malveillantes pour les induire en erreur.”

Le régime iranien utilise de faux récits et d’autres contenus trompeurs pour tenter d’influencer les élections américaines.Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor des États-Unis

Par conséquent, le Trésor américain interdit toute transaction entre des citoyens américains et des organisations spécifiques dont les actifs et intérêts relevant de la juridiction des États-Unis sont bloqués. Toute institution financière “faciliter les transactions importantes” envers ces organisations, ou les personnes qui les soutiennent pourraient également être sanctionnées. Ils courent le risque de perdre leur accès au système financier américain et pourraient voir leurs actifs et intérêts bloqués sous la juridiction américaine.

Le secrétaire au Trésor s’est engagé à continuer “Pour contrer les efforts de tout acteur étranger qui menace le processus électoral”.

Outre les Gardiens de la révolution, son unité d’élite pour les opérations à l’étranger, la Force Qods, est également visée. Ces entités ont déjà été sanctionnées à plusieurs reprises par Washington. Les sanctions américaines touchent également l’Institut Bayan Rasaneh Gostar, présenté comme l’outil de propagande des Gardiens de la Révolution, ainsi que les médias (l’Union iranienne de la radio et de la télévision islamiques et l’Union internationale des médias virtuels).

READ  Le Venezuela gracie des dizaines d'opposants avant les élections législatives

Le personnel du Bayan Rasaneh Gostar Institute prévoyait d’influencer les élections en exploitant les problèmes sociaux aux États-Unis, y compris la pandémie de Covid-19, et en dénigrant les politiciens américains.Le Trésor des États-Unisdans un communiqué de presse

Le Trésor ne discute pas clairement d’un lien entre ces sanctions et les accusations portées mercredi par le directeur du renseignement américain John Ratcliffe. Ce dernier a déclaré que l’Iran et la Russie avaient mis la main “séparément” dans les données électorales américaines. Il a évoqué les courriels qu’il prétend avoir été envoyés par des Iraniens. “destiné à intimider les électeurs, à inciter à des troubles sociaux et à causer du tort” au président Donald Trump.

L’Iran a insisté sur le fait que ces accusations du renseignement américain étaient “sans fondement”. Ils ne serviraient que “Justifiez le scénario antidémocratique qu’ils ont déjà préparé”Le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, Saeed Khatibzadeh, a déclaré “inventions” et accusations “maladroit”.

Téhéran a convoqué l’ambassadeur de Suisse, qui représente les intérêts des Etats-Unis, faute de relations entre les deux pays ennemis.