Image: Tamara au match de basketball unifié NBA Cares Special Olympics © Ben Solomon

MIES (Suisse) – Cinq femmes, cinq continents, cinq semaines, cinq histoires de résilience, de leadership et de Basketball For Good avant la Journée internationale de la femme le 8 marse. Au cours de la troisième semaine, découvrez l’histoire de Tamara Medarts de Belgique, athlète et entraîneur des Jeux olympiques spéciaux et paralympiques qui se bat pour l’égalité des chances dans le sport.

Tamara Medarts était autrefois paralympienne et Jeux olympiques spéciaux nageur, remportant des médailles mondiales et européennes et même participant aux Jeux Paralympiques en Belgique. Cependant, après une blessure à l’épaule, il ne pouvait plus nager. Ses frères jouaient au basket et ça avait l’air amusant, elle a commencé à jouer et n’a jamais regardé en arrière.

© Olivier Papegnies

«Je joue dans une équipe régulière de Special Olympics et dans notre équipe unifiée. [team made up of athletes with and without intellectual disability], mais j’ai aussi eu l’opportunité de jouer dans une équipe féminine régulière », ont déclaré les jeunes femmes. “J’ai eu de très belles expériences, mais participer avec notre équipe unifiée aux matchs de la région MENA à Abu Dhabi et participer au match de basketball unifié NBA Cares Special Olympics où probablement mes meilleures expériences, c’était vraiment génial.”

Tamara pose avec son adversaire du jeu NBA Cares, Nikola Jokic

«Le basketball m’a donné plus de confiance, il m’a appris à essayer de m’aimer même avec mon handicap. Cela m’a aussi appris à interagir avec les autres au sein d’une équipe, ce n’est pas toujours facile. J’ai appris que nous sommes tous différents, et ce n’est pas grave. En équipe, nous nous améliorons grâce à cela ».

READ  Absalon ciblé par un chasseur lors d'un voyage en VTT

Tamara croit fermement en l’égalité des chances pour tous dans le sport. «Nous devons nous battre jusqu’à ce qu’il soit normal pour nous tous de faire du sport. Nous ne devrions pas avoir à penser différemment aux femmes ou aux personnes ayant une pièce d’identité [Intellectual disability] faire du sport. Le sport est quelque chose qui nous unit: hommes et femmes, personnes avec ou sans carte d’identité. Faire du sport vous aidera à vous aimer et vous découvrirez à quel point vous êtes fort ».

© Herman de Houwer

“Il est important que les femmes pratiquent le sport et pourquoi ne le devraient-elles pas?” S’exclama Tamara. “Nous pouvons faire du sport comme les hommes … peut-être que nous avons besoin de plus de sports que les hommes pour commencer à nous sentir mieux dans notre peau et à accepter qui nous sommes, ce que nous pouvons faire et à quoi nous ressemblons.”

Tamara a joué dans des équipes mixtes Special Olympics et une équipe féminine régulière. «Je les aime tous les deux, mais en jouant dans des équipes mixtes, je peux me pousser à rivaliser avec les gars et j’aime tout donner. Nous sommes tous pareils, pourquoi ne pourrions-nous pas jouer en équipe? Je peux jouer aussi fort que les garçons et je peux les battre, j’en suis sûr. Jouer avec les garçons et les filles crée également une dynamique agréable ».

«Les personnes handicapées devraient pratiquer le sport pour les mêmes raisons que les personnes non handicapées: santé, plaisir, amitié. Mais c’est aussi un lieu où nous pouvons être nous-mêmes et grandir à notre rythme. Nous apprenons à gérer différentes situations et à interagir avec d’autres personnes. L’estime de soi des personnes ayant une carte d’identité augmente également à mesure que nous faisons du sport. C’est aussi un moment où vous pouvez arrêter de penser aux choses et simplement profiter du moment. “

READ  GP de Sakhir: suivez la course en direct

Il y a 7 ans, Tamara a décidé de partager sa passion pour le basket et a commencé à s’entraîner. «Mes entraîneurs, Kris et Valérie, m’ont demandé de les aider avec l’une des équipes Special Olympics parce que mes frères y ont joué. J’ai aimé m’entraîner et quand Valérie m’a demandé d’entraîner une équipe U10 ensemble, je n’ai pas hésité. Ensuite, nous avons également suivi le cours de licence d’entraîneur ensemble. Valérie m’a aidé à devenir coach diplômée. J’entraîne une équipe régulière et depuis quelques années Valérie et moi entraînons également une jeune équipe unifiée. “

Tamara entraîne la jeune équipe unifiée belge de Special Olympics au tournoi unifié de la Semaine européenne de basket-ball Special Olympics à Munich en 2019

Le coaching est très gratifiant pour Tamara: «J’aime enseigner de nouvelles choses aux enfants, voir comment leurs compétences s’améliorent parce que je leur ai bien enseigné. J’aime prendre soin des gens et je sens que je peux le faire en tant que coach. Je suis très fier de mon équipe quand elle a bien fait. Parfois, c’est un peu difficile parce qu’ils n’écoutent pas ou que je passe une journée difficile.

En plus de toutes ses activités de basketball, Tamara fait partie du groupe UNEX (Unified Expert Europe-Eurasia) et travaille dans une entreprise sociale, habituée aux personnes handicapées. À l’avenir, il espère jouer à nouveau au basket avec ses amis et gagner des matchs. «Je veux retourner à la formation de mon équipe U14 et de notre équipe unifiée. J’aimerais aussi continuer à travailler dans le sport unifié comme je le fais dans le groupe UNEX depuis 3 ans, en combattant pour POMI [the Principle Of Meaningful Involvement ensure that every player is given an opportunity to contribute to the success of his or her team through their unique skills and qualities]».

READ  Memphis Depay ne fait pas l'unanimité au FC Barcelone!

«Utiliser Basketball For Good est une très bonne initiative car j’ai vu comment le basketball peut apporter des changements pour le mieux. Les gens se rassemblent en «équipe», ils se valorisent davantage lorsqu’ils font du sport (même s’ils sont adversaires dans un match) ».