Le conseiller municipal de Noisiel, Damien Cassé, a été mis à pied et exclu du mouvement insoumis après une plainte déposée par sa conjointe, la députée Ersilia Soudais, pour viol. L’accusé a été interpellé chez lui par les policiers et sa garde à vue a été levée. Son avocat a salué la rapide remise en liberté et a souligné le respect de la présomption d’innocence.

Suite à cette affaire, Ersilia Soudais a saisi la cellule des violences sexuelles de la France insoumise et le mouvement a décidé d’exclure Damien Cassé “à titre conservatoire”. Une enquête préliminaire a été ouverte pour viol par conjoint, harcèlement moral, appels téléphoniques malveillants et violences psychologiques.

La France insoumise a exprimé son indignation quant à la révélation de la plainte dans la presse sans le consentement de la victime, qualifiant cela de deuxième forme de violence. La députée Clémentine Autain a réagi en soutenant Ersilia Soudais et en dénonçant le fait que des policiers aient relayé l’information sans consentement.

Cette affaire a suscité une vague d’émotion et de réactions au sein de la France insoumise, mettant en lumière la nécessité de respecter la présomption d’innocence et de protéger la confidentialité des victimes de violence sexuelle. Restez informés sur Cosmo Sonic pour les derniers développements de cette affaire en cours.

READ  De «Liot» à «Brav-M», les mots de 2023 - Cosmo Sonic