Viktor Orbán a exclu de discuter de l’embargo pétrolier proposé par l’UE contre la Russie lors du sommet des dirigeants de la semaine prochaine, dans un nouveau coup porté aux efforts de l’Union pour obtenir le soutien de son ensemble de sanctions historiques.

Le Premier ministre hongrois a écrit au président du Conseil européen, Charles Michel, disant que son pays ne pouvait pas soutenir les sanctions sans plus de détails sur le financement de l’UE disponible pour aider Budapest à s’éloigner de la Russie. Pétrole.

Le refus d’Orbán de discuter du paquet laisse les plans de Bruxelles visant à mettre fin à la dépendance du bloc vis-à-vis du pétrole russe suspendus dans la balance.

« Discuter du paquet de sanctions au niveau des dirigeants en l’absence de consensus serait contre-productif », a écrit Orbán dans la lettre, consultée par le Financial Times. « Cela ne ferait que mettre en évidence nos divisions internes sans offrir une opportunité réaliste de résoudre les différences. Par conséquent, je propose de ne pas aborder cette question lors du prochain Conseil européen. »

La Commission européenne a passé la majeure partie du mois de mai à essayer de convaincre les États membres de son sixième paquet de sanctions, qui comprendrait un embargo progressif sur le pétrole russe. Mais il a a eu du mal à convaincre la Hongrie pour soutenir le paquet, ainsi que d’autres États enclavés fortement dépendants du pétrole russe, comme la Slovaquie et la République tchèque.

La semaine dernière, la commission a dévoilé un plan de 210 milliards d’euros appelé REPowerEU, qui énonce des propositions pour éliminer progressivement les combustibles fossiles russes d’ici 2027. Bien qu’il y ait des signes encourageants dans le plan, a écrit Orbán dans sa lettre, il a déclaré qu’il ne répondait pas aux préoccupations. de Hongrie parce qu’il y avait « ils ne sont pas [funding] enveloppes pour les États membres enclavés les plus touchés ».

READ  Actualités de l'UE : les États membres « vivent dans la peur » de « l'organisation des dinosaures », mais d'autres partiront ! | Politique | informations

Il a ajouté: « Il n’y a aucune indication sur les modalités et le calendrier du financement des besoins urgents d’investissement liés à la substitution du pétrole russe. » Dans sa lettre, Orbán a averti que les sanctions proposées causeraient de « graves problèmes d’approvisionnement » en Hongrie et compromettraient ses intérêts vitaux en matière de sécurité énergétique, provoquant un « choc des prix » pour les ménages et l’économie du pays.

Orbán a déclaré que la Hongrie avait besoin d’argent pour convertir ses raffineries au pétrole non russe et construire de nouveaux pipelines pour apporter des approvisionnements alternatifs au pays.

Bruxelles a affecté 2 milliards d’euros aux pays d’Europe centrale pour investir dans de nouvelles infrastructures, mais a décidé de les acheminer par le biais du Fonds pour la relance et la résilience (RRF). La Hongrie n’est pas encore parvenue à un accord avec la Commission sur son offre pour sa part du RRF en raison des préoccupations de l’UE concernant les violations de l’État de droit.

La lettre d’Orbán pose de « sérieux problèmes » car « les pays sans plans de relance et de résilience adoptés ne peuvent pas bénéficier » de l’essentiel du projet REPowerEU à court terme. Cependant, il souligne également qu’il poursuivra les discussions « avec une approche pragmatique et axée sur les résultats ».

Le porte-parole d’Orban n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.