Cette fois, aucun tir soyeux n’est venu nettoyer la lucarne opposée comme celle qui l’avait placée, en 2007 dans la fresque de Liverpool, au cœur des supporters marseillais. Le mercredi 21 octobre, Mathieu Valbuena s’est contenté d’une passe décisive. Contre l’Olympique de Marseille (OM), pour le retour des Phocéens en Ligue des champions après sept ans de pénurie, le joueur de poche de l’Olympiakos du Pirée a eu amplement le temps d’ajuster sa passe en direction d’Ahmed Hassan, en temps additionnel . La tête de l’attaquant remplaçant a crucifié Marseille et récompensé l’équipe grecque la plus offensive (0-1).

“Il faut croire que mon histoire avec l’OM n’était pas encore terminée”, a savouré Mathieu Valbuena dans L’équipe quelques jours avant la réunion. A 36 ans et à 1,67 m, il a offert une leçon de mobilité et de précision aux attaquants de l’OM: Dimitri Payet à la barre. La tête haute, toujours bien placée, dans le temps et rarement inquiète, le «Petit Vélo» est dans les mémoires de Marseille. Et cela a montré pourquoi les fervents fans d’Olympiakos l’ont embrassé comme héros.

L’OM a fait son retour dans la “grande” compétition européenne, dans laquelle il “Pour toujours le premier” Vainqueur français, et espérant mieux démarrer que lors de sa dernière saison, il a complété sur la note infâme de six défaites en autant de matches. Et pendant une partie du match, les hommes d’André Villas Boas ont travaillé dur pour tenter de déstabiliser le champion grec. Mais dans un stade Karaiskakis en forme de cathédrale, à huis clos, en raison de la situation sanitaire, les flèches des Olympiens français n’ont pas touché la cible.

READ  Angleterre: Frank Lampard (Chelsea) veut aider les clubs de division inférieure - Foot - ENG - Chelsea

À leur tour, Dario Benedetto – aussi fantomatique que ces derniers mois – et Florian Thauvin ont tenté de tromper la surveillance de José Sa, le gardien de l’Olympiakos. Mais sans forcer, les Olympiens – de Grèce – ont esquivé la vague qui venait de l’ancien comptoir de commerce fondé par les Grecs de Phocée. Puis, à leur tour, ils se sont dirigés vers les cages de Marseille. Aux commandes, Mathieu Valbuena avec verve, s’associant à merveille avec Bouchalakis et Holebas pour placer des offrandes devant le but de Mandanda. Mais ni Yann M’vila ni Youssef El-Arabi, également ancien joueur de Ligue 1, n’ont trouvé le cadre.

Une victoire qui “se joue dans les détails”

De retour des vestiaires pleins d’énergie, les compagnons d’un Dimitri Payet à peine en jambes tentèrent d’accélérer. Mais Benedetto s’enfermerait dans le gardien adverse, idéalement jeté en duel. Et les Marseillais ont payé directement ce manque de réalisme. Refusant une frappe de Valbuena, bien stoppée par le gardien marseillais, Masouras a pensé ouvrir le score. Mais pour un signal de hors-jeu, le but grec a été refusé. Secoué, mais pas coulé, l’OM s’est penché en arrière, a décidé de marquer un point, sans remporter la victoire.

“C“C’est la Ligue des champions, elle se joue en détail”A souligné André Villas Boas après la rencontre, agacé. Comme un contrôle manqué par Jordan Amavi dans le temps supplémentaire, après avoir volé le ballon à Valbuena. Retirée du ballon, l’équipe marseillaise était dans les premiers rangs pour admirer l’énième centre du gobelin du Pirée qui a finalement trouvé une tête victorieuse. ” Ça va vite, c’est la Ligue des champions, Amavi a commenté le microphone RMC Sport. Je pense que nous aurions pu l’empêcher, mais malheureusement nous avons perdu ce match. “

Si Marseille n’était pas loin de remporter le match nul, cette dixième défaite consécutive en Ligue des champions – ils n’ont pas gagné depuis février 2012 et un accueil de l’Inter – n’est pas imméritée. Et pour pouvoir affronter Manchester City et le FC Porto, les autres équipes du groupe, l’OM devra rapidement trouver de nombreuses réponses.

READ  La France fond sur la Belgique!

A l’aise sous le maillot de son troisième «Olympique» (en plus de Marseille et du Pirée, il a également défendu les couleurs de Lyon), Mathieu Valbuena ne pose plus de questions. «C’était un match très spécial pour moi., J’ai un petit pincement au coeur mais nous méritons cette victoire a avoué le dirigeant français, interrogé par la station. Nous avons joué un très bon match et j’ai été décisif. Aujourd’hui je suis à l’Olympiakos, je suis très content. ” Conspiré par le public à son retour au Stade Vélodrome en 2015, il aura plus d’un tour dans sa manche à exhiber dans son ancien club.