Une entrepreneuse roumaine a transformé sa thèse de doctorat en informatique à l’Université Grenoble Alpes en France en une startup qui a développé une technologie innovante avec un réel impact sur la vie de ceux qui rencontrent des difficultés dans les interactions sociales, comme les enfants autistes. Après deux ans de tests en France, le Emoface Jouez et apprenez les émotions L’application qui permet aux utilisateurs d’interagir avec des avatars 3D capables d’exprimer des émotions dans un contexte social est disponible en Roumanie à partir du mois d’avril.

«Le concept de l’application Emoface a été créé avec l’aide de ma partenaire, Mayra Lima, designer UI / UX, dont la sœur est autiste et connaît la routine quotidienne et les besoins spécifiques des familles avec des enfants neuroatypiques. J’ai d’abord été inspiré par une étude du chercheur en psychologie Simon Baron-Cohen, qui a utilisé des vidéos avec des personnes exprimant des émotions pour former la reconnaissance des émotions chez les adultes autistes. J’ai réalisé que la même forme d’apprentissage pouvait être plus efficace si elle utilisait un contenu visuel facilement contrôlable qui pourrait être adapté aux besoins des utilisateurs. Nous avons présenté un prototype simple de test de reconnaissance des émotions à l’aide d’animations 3D générées au cours des études et avons reçu des commentaires positifs de parents et de médecins qui proposent de telles thérapies », explique Adela Bărbulescu, chercheuse en informatique et fondatrice d’Emoface.

Les principaux bénéficiaires d’Emoface sont les thérapeutes et les patients qui forment leurs compétences sociales. Au final, les utilisateurs deviendront plus autonomes, leur communication s’améliorera, et ils pourront mieux gérer leurs émotions, notamment en période de frustration et d’agacement. De plus, progresser dans l’application, en utilisant une interaction transparente, conduit à une meilleure confiance en soi, ce qui, à son tour, conduit à une meilleure santé mentale et à une meilleure inclusion sociale.

«Pour enseigner aux enfants une nouvelle émotion, les spécialistes utilisent souvent des icônes, des images imprimées ou des photographies qui montrent des personnes exprimant de la joie, par exemple, ou de la peur, mais il y a un décalage avec ce qui se passe dans la vraie vie, où tout est très rapide et il y a un beaucoup d’informations à traiter. Par conséquent, les professionnels ont besoin de contenus dynamiques, contrôlables et complexes qui leur permettent de simuler ce qui se passe dans la vie réelle. Emoface répond à ce besoin à travers des activités ludiques qui permettent d’interagir avec des avatars 3D. Nous proposons pratiquement une nouvelle méthodologie de travail stimulante, qui utilise essentiellement des avatars pilotés par l’intelligence artificielle pour générer des gestes et des expressions faciales afin que l’interaction soit la plus naturelle possible », explique le fondateur d’Emoface.

La première application développée contient plus de 150 exercices, et tout le contenu des animations 3D avec des avatars expressifs, qui reproduisent des expressions faciales, est généré aléatoirement, ce qui évite de mémoriser les réponses dans les tests utilisés pour reconnaître les émotions, par exemple. La plateforme a bénéficié du soutien financier des membres de l’équipe Emoface, mais aussi à travers des programmes d’incubation tels que la SATT Linksium (2017-2019), des fondations et des programmes nationaux de développement (BPIFrance) ou Innovators for Children (2020-2021). L’investissement estimé nécessaire au développement des prochaines applications Emoface pour 2023 dépasse un demi-million d’euros. Pour l’instant, la première application, qui fonctionne avec les émotions de base, compte 600 utilisateurs bêta dans 5 pays et sera lancée en roumain début avril.

Emoface est l’un des cinq projets qui font partie de la deuxième édition de l’accélérateur Innovators for Children, un programme développé par Impact Hub Bucarest, en alliance avec Impact Hub Basel et la Fondation Botnar, à travers lequel les startups et les ONG reçoivent du mentorat, des ressources et des financements . développer des solutions technologiques contribuant au bien-être des enfants.

READ  Amazon supprime des milliers d'avis douteux `` 5 étoiles '' au Royaume-Uni