Publié le:

New-York (AFP) – Un juge de New York a infligé vendredi à l’entreprise familiale de Donald Trump une amende maximale de 1,6 million de dollars pour avoir commis une fraude fiscale.

La somme, dérisoire pour le promoteur immobilier milliardaire, est symboliquement significative alors que l’ancien président revient sur la Maison Blanche au milieu d’une série d’ennuis judiciaires.

Trump Corporation et Trump Payroll Corp., des entités de l’organisation Trump, ont été reconnues coupables le mois dernier d’avoir mené pendant des années un programme de fraude et d’évasion fiscale en falsifiant les dossiers commerciaux.

Ils ont été reconnus coupables des 17 chefs d’accusation après un procès, marquant la première fois que les entreprises ont été reconnues coupables de crimes.

Trump lui-même n’a pas été inculpé, mais le verdict a encore porté atteinte à sa réputation alors qu’il sollicite l’investiture républicaine à la présidence en 2024.

« Bien que les entreprises ne puissent pas purger de peine de prison, cette condamnation et la peine qui en résulte rappellent aux entreprises et aux dirigeants que vous ne pouvez pas frauder les autorités fiscales et vous en tirer », a déclaré le procureur du district de Manhattan, Alvin Bragg, qui a poursuivi l’affaire.

La Trump Organization, actuellement dirigée par les deux fils adultes de Trump, Donald Jr et Eric, a caché la rémunération qu’elle a versée aux hauts dirigeants entre 2005 et 2021.

Le directeur financier vétéran Allen Weisselberg a été condamné mardi à cinq mois de prison et a accepté de payer 2 millions de dollars d’amende pour son rôle dans l’escroquerie.

READ  Même les Suisses passent au paiement sans numéraire

Il a plaidé coupable d’être de connivence avec l’entreprise pour recevoir des avantages non déclarés, notamment un appartement gratuit dans un quartier chic, des voitures de luxe pour lui et sa femme et les frais de scolarité de ses petits-enfants dans une école privée chère.

L’homme de 75 ans a admis 15 chefs d’accusation de fraude fiscale et a témoigné contre l’organisation Trump dans le cadre d’une négociation de plaidoyer. Il n’a pas impliqué Trump lors du procès.

Trump a qualifié le cas du procureur de Manhattan de « chasse aux sorcières » et a affirmé que Weisselberg avait agi seul.

procès civil

La décision de vendredi ne met pas fin aux ennuis judiciaires de l’ancien président, qui a été accusé à plusieurs reprises d’avoir enfreint la loi.

Trump a été inculpé à deux reprises alors qu’il était président en 2017-2021, pour abus de pouvoir et entrave à la justice dans la première affaire, et pour incitation à l’insurrection dans la seconde, à la suite de l’attentat du 6 janvier 2021 contre le Congrès des États-Unis. par ses partisans.

En décembre, l’enquête du Congrès sur le 6 janvier a conclu qu’il devait être poursuivi pour insurrection et complot en vue de frauder les États-Unis.

Trump fait également l’objet d’une enquête pour avoir prétendument conservé illégalement des documents hautement classifiés dans son domicile de Mar-a-Lago en Floride et fait obstruction à l’enquête sur l’affaire.

L’ancien directeur financier de l’organisation Trump, Allen Weisselberg, avait précédemment plaidé coupable de fraude fiscale dans le cadre d’un accord de plaidoyer. © Michael M. Santiago / GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD / AFP

Dans l’État de Géorgie, il risque d’être inculpé pour ingérence dans le vote dans l’État lors des élections de novembre 2020, que Trump a perdues face au président Joe Biden.

READ  Malgré Covid, Brexit et l'inflation, les perspectives économiques à long terme du Royaume-Uni sont bonnes

Et à New York, la procureure générale de l’État, Letitia James, a déposé une plainte civile contre Trump et trois de ses enfants, les accusant de fraude en surévaluant des actifs pour garantir des prêts, puis en les sous-évaluant pour minimiser les impôts.

James demande 250 millions de dollars d’amendes et interdit à Trump et à ses fils d’occuper des postes de direction dans des entreprises new-yorkaises.