DAKAR, 12 janvier (Reuters) – L’autorité régionale francophone de l’aviation ouest-africaine a accusé un avion militaire français d’avoir violé les sanctions imposées par les États d’Afrique de l’Ouest contre le Mali en survolant le pays depuis la Côte d’Ivoire voisine.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’union monétaire régionale ont sanctionné dimanche le Mali après que son gouvernement intérimaire, installé après les coups d’État de 2020 et 2021, a proposé de reporter les élections prévues jusqu’à quatre ans. Lire la suite

Les États membres se sont engagés à fermer les frontières aériennes et terrestres et à couper l’accès du Mali aux marchés financiers régionaux.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Ancienne puissance coloniale, la France dispose de milliers de soldats en Afrique de l’Ouest, dont beaucoup au Mali, dans le cadre d’une mission de lutte contre les violences des groupes islamistes militants liés à Al-Qaïda et à l’État islamique.

Le ministère français des Armées n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur l’incident de vol signalé. Le gouvernement français a fortement soutenu les sanctions.

Une source militaire française a déclaré mercredi à Reuters que les sanctions de la CEDEAO n’avaient eu aucun impact sur les opérations militaires françaises car elles étaient exemptées de ces mesures.

« Les informations rapportées par l’agence sont infondées. Les sanctions adoptées par la CEDEAO ne font référence à rien en rapport avec les opérations militaires. C’est un point partagé par le Niger, tous les pays de la région et la CEDEAO », a précisé la source.

READ  «Au cœur du conflit»: Fortnite reste attaché aux appareils Apple

L’avion français a voyagé d’Abidjan, la capitale commerciale de la Côte d’Ivoire, à Gao, dans le nord du Mali, et est revenu mardi, selon une lettre de l’Agence pour la sécurité de l’aviation et de la navigation en Afrique et à Madagascar (ASECNA).

Le vol a été jugé « non conforme » avec la suspension des vols par les Etats membres de la CEDEAO, a indiqué le représentant de l’ASECNA au Mali dans la lettre adressée au directeur de l’aviation malienne.

Une source de l’ASECNA, qui a demandé à rester anonyme, a déclaré à Reuters que le pilote avait éteint sa radio après que les contrôleurs aériens l’avaient informé que l’espace aérien du Mali était fermé aux vols en provenance des pays de la CEDEAO.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Diadie Ba et John Irish Écriture de Cooper Inveen Montage par Aaron Ross, Peter Graff et Mark Heinrich

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.