Les chiens sont connus pour être l’une des espèces les plus diversifiées sur le plan morphologique de la planète, ce qui signifie qu’ils se présentent sous une grande variété de formes, de tailles et d’apparences.

Du petit chihuahua et du chien chinois à crête au puissant dogue allemand, il peut parfois être difficile de croire que ces animaux sont tous de la même espèce, sans compter qu’ils descendent tous de loups.

une nouvelle étude Publié dans Actes de la Royal Society B a fait la lumière sur la date à laquelle ces variations de taille et de forme de chien ont existé.

La gamme de diversité morphologique chez les chiens modernes est caractérisée par ce Chihuahua et ce Dogue Allemand. Crédit : Marque X Pictures/DigitalVision/Getty Images.

L’équipe de recherche internationale, basée principalement en France, a analysé 525 anciennes mâchoires de chien (mâchoires inférieures) trouvées dans des sites archéologiques d’Europe occidentale et de Roumanie. Les échantillons datent d’environ entre 8100 et 3000 à. C., ou du Mésolithique (moyen âge de la pierre) à l’âge du bronze.

L’étude comprenait également des mâchoires de loup archéologiques, ainsi que des mâchoires de loups modernes, de dingos et de chiens domestiques.

Pourquoi les mâchoires ? D’une part, ces ossements sont relativement courants dans les archives archéologiques, ce qui permet de rassembler un ensemble de données plus important. Les mâchoires des chiens sont également un bon indicateur de la forme générale du crâne, qui est l’une des zones de variation les plus prononcées chez les races de chiens modernes. Pensez à un barzoï à long museau par rapport à un bouledogue compact.

Les chiens anciens conçoivent un bouledogue français de couleur claire de profil montrant à quel point la forme de son crâne est plate
Des races comme le bouledogue français moderne ont une forme de crâne très aplatie. Crédit : Chris Stein/Stone/Getty Images.

La nouvelle étude a révélé une diversité morphologique considérable dans son échantillon de chiens anciens datant du néolithique (âge de pierre tardif) en Europe.

Cependant, aucun des chiens anciens n’a atteint les extrêmes de taille ou de forme de crâne observés dans les races modernes : il n’y avait pas d’équivalent de l’âge du bronze du chihuahua, du barzoï ou du carlin.

Les mâchoires des chiens anciens étaient systématiquement plus petites que celles des loups, avec une taille moyenne similaire à celle d’un beagle moderne.

Les chiens anciens conçoivent un chien barzoï de couleur claire avec un long museau trottant dans les bois
Le barzoï à longue face mesure environ 70 cm au garrot. Crédit : Ruhor Bruyeu/iStock/Getty Images

Selon les auteurs de l’étude, leurs résultats suggèrent que les chiens de cette période ne subissaient pas une forte sélection artificielle par les humains pour favoriser des caractéristiques esthétiques ou des comportements spécifiques tels que l’élevage. Au lieu de cela, des facteurs tels que la plus grande dureté et la diversité des régimes alimentaires des chiens anciens, ou les changements démographiques à mesure que les chiens et les humains migraient à travers le continent, peuvent avoir influencé la forme de leur crâne.

Maintenant qu’une base de référence pour la diversité morphologique des chiens anciens a été établie, les chercheurs espèrent utiliser des travaux futurs avec des données génétiques, isotopiques ou archéologiques pour mieux comprendre ce qui a causé le niveau de variation qu’ils ont observé.

« Cela permettrait de mieux comprendre comment les changements dans les sociétés humaines se sont accompagnés de changements dans la morphologie des chiens à travers le temps et l’espace », écrivent-ils.

« Les données paléogénétiques pourraient, par exemple, permettre de tester si la acquisition de la capacité à digérer l’amidon s’accompagnait de modifications de la forme de la mâchoire.

READ  Biden nomme un vétéran irakien pour diriger les opérations américaines au Moyen-Orient


Lisez des faits scientifiques, pas de la fiction…

Il n’y a jamais eu de moment plus important pour expliquer les faits, apprécier les connaissances fondées sur des preuves et présenter les dernières avancées scientifiques, technologiques et techniques. Cosmos est publié par The Royal Institution of Australia, une organisation caritative dédiée à connecter les gens avec le monde de la science. Les contributions financières, grandes ou petites, nous aident à donner accès à des informations scientifiques fiables à un moment où le monde en a le plus besoin. Veuillez nous soutenir en faisant un don ou en achetant un abonnement aujourd’hui.