La perte d’espaces naturels et la diminution de la biodiversité mettent en péril l’économie de nombreuses villes du monde. C’est selon un nouveau rapport du Forum économique mondial, l’organisation à l’origine du rassemblement annuel des dirigeants mondiaux à Davos, en Suisse.

Selon le rapport, environ 44 % du PIB des villes du monde sont menacés par des perturbations environnementales dues aux inondations, aux sécheresses, à la chaleur intense et à la pollution. Cela représente environ 31 milliards de dollars.

Pendant des centaines d’années, les humains ont pavé des ruisseaux et des zones humides et abattu des forêts pour construire des villes. Todd Gartner, qui dirige l’initiative Cities4Forests au World Resources Institute, a déclaré que les villes sont maintenant sentir l’impact de cela.

« Plus d’inondations, une moins bonne qualité de l’air, une insécurité alimentaire et un chômage plus élevé », a déclaré Gartner. En 2019, le Forum économique mondial a constaté que les inondations à elles seules coûtaient aux villes plus de 46 milliards de dollars.

« Ces problèmes ne feront que s’aggraver dans les années à venir et nous devons changer cette trajectoire si nous voulons une économie prospère », a déclaré Gartner.

De nombreuses villes du monde tentent de changer cette trajectoire en investissant davantage dans les « infrastructures vertes » ou les « solutions fondées sur la nature ».

« Nous avions l’habitude de l’appeler nature sauvage avant qu’elle ne soit en grande partie décimée », a déclaré Kate Orff, professeure à l’Université de Columbia et fondatrice de la société d’architecture paysagère SCAPE.

« Ainsi, des arbres pour purifier notre air, des points bas, des forêts boisées et des forêts de plaines inondables pour aider à absorber les eaux de crue, etc. », a déclaré Orff.

READ  Adani devient le deuxième Indien après Ambani à figurer sur la liste

Il y a des avantages environnementaux et économiques à restaurer les zones humides et les forêts dans les villes et construire davantage de pistes cyclables et de jardins pluviaux, selon Antonia Gawel, responsable du climat au Forum économique mondial.

« Il n’est pas nécessaire qu’il y ait une sorte de compromis entre la croissance de l’infrastructure de la ville et la préservation de la nature et des écosystèmes naturels. Ce n’est pas plus cher, c’est en fait meilleur économiquement », a déclaré Gawel.

Dans certains cas, c’est même moins cher.

En moyenne, a déclaré Gawel, les solutions basées sur la nature comme celles décrites coûtent aux villes 50% moins cher à construire que les alternatives artificielles.