Simona Cavallaro, 20 ans, profitait d’une après-midi de promenade dans les bois avec son petit ami lorsqu’ils ont tous les deux été attaqués par des chiens à Satriano, en Italie, jeudi.

Simona Cavallaro a été mutilée à mort par des chiens

Une étudiante est décédée après avoir été attaquée et littéralement déchirée par une meute de chiens errants lors d’un pique-nique romantique avec son petit ami.

Simona Cavallaro, 20 ans, profitait d’une promenade dans les bois l’après-midi lorsqu’elle a été attaquée par des chiens jeudi dans la ville de Satriano, dans le sud de l’Italie.

Le site d’information local Agi rapporte que Simona et son petit ami, qui n’ont pas été identifiés, venaient de finir de pique-niquer au soleil avec un groupe d’amis lorsqu’ils ont décidé de partir en randonnée dans les bois.

Le couple a été attaqué par une meute de chiens errants alors qu’ils traversaient une zone fortement boisée.



Le joueur de 20 ans est décédé jeudi.
(

Image:

Nouvelle de dernière minute)




Le petit ami de Simona s’est finalement enfui, mais les chiens l’auraient déchirée dans toutes les parties de son corps.

Le petit ami, qui a réussi à se cacher de la meute de chiens dans une cabane abandonnée, a alerté les autorités locales par un appel téléphonique.

Les services d’urgence sont arrivés sur les lieux et ont transporté la jeune femme de 20 ans dans un hôpital local qui était initialement encore en vie malgré ses horribles blessures couvrant toutes les parties de son corps.



Le couple a été attaqué dans la zone boisée dense de Satriano
(

Image:

Google Maps / Flash info)




Malheureusement, il est décédé peu de temps après son arrivée à l’hôpital.

Les autorités locales sont en train de rassembler la meute de chiens et une enquête sur la mort de l’étudiant a été ouverte.

Le père au cœur brisé de Simona, Alfio Cavallaro, a écrit dans Facebook : « Nos vies seront détruites sachant que tu es allé au paradis.

« Dieu n’avait plus besoin d’ange. Tu étais déjà un ange ici sur cette terre. »

READ  L'ouragan Ida pourrait être l'un des plus forts à frapper la Louisiane depuis les années 1850, prévient le gouverneur | Louisiane