Une nouvelle recherche menée par l’Université de Berne en Suisse et publiée dans la revue NeuroImage suggère que la propension d’une personne à prendre des risques peut être déterminée par les ondes cérébrales la nuit pendant son sommeil. Daria Knoch, une neuroscientifique, a déclaré que pendant le sommeil, si quelqu’un a des ondes lentes dans le cortex préfrontal droit, il a une propension au risque plus élevée. Knoch a également déclaré que cette région du cerveau est cruciale pour contrôler ses impulsions, entre autres choses.

Les ondes lentes sont révélatrices d’un sommeil de haute qualité. Parce que la distribution topographique des ondes lentes dans le cerveau est constante dans le temps, chaque personne a son propre profil de sommeil neuronal. Les chercheurs ont examiné 54 dormeurs, qui dormaient entre sept et huit heures en moyenne, pour voir si ce profil révélait quelque chose sur la propension d’une personne au risque. Pour trouver les données, des actigraphes ont été utilisés, qui détectent les schémas de mouvement pendant le sommeil.

Le profil d’onde lente d’une personne ne peut être lu correctement que pendant le sommeil normal.

Lorena Gianotti, qui dirige l’étude, a expliqué que le profil d’onde lente d’un individu ne peut être correctement lu que pendant le sommeil normal. L’étape suivante consistait à collecter des données sur le sommeil au domicile des participants à l’aide d’un appareil polysomnographique portable avec 64 électrodes sur la tête. Mirjam Studler, Ph.D. L’étudiant et premier auteur a déclaré que, en tant que constellation dans la recherche sur le sommeil, l’enregistrement ininterrompu de l’activité cérébrale pendant le sommeil dans un cadre familier et la haute densité de données recueillies par les 64 électrodes sont assez rares et qu’il permet aux participants de dormir naturellement et permet aux chercheurs de collecter une grande quantité de données.

READ  L'as de Manchester United Paul Pogba fait allusion au transfert de la Juventus après la victoire de la France

Les personnes ayant une activité à ondes lentes plus faible dans le cortex préfrontal droit se sont avérées plus susceptibles d’être à risque que les personnes ayant une activité à ondes lentes plus élevée. Dans la recherche, les participants devaient déterminer jusqu’où ils conduiraient une voiture en sachant qu’à un moment donné, un mur apparaîtrait avec lequel la voiture entrerait en collision dans un jeu informatique où ils pourraient gagner de l’argent réel.

Les comportements à risque peuvent avoir des effets financiers et sanitaires importants

Les comportements à risque peuvent avoir des effets financiers et sanitaires importants. Les chercheurs affirment qu’il est essentiel de mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent la propension aux comportements à risque. Daria Knoch a déclaré que ses découvertes peuvent être utilisées pour développer des thérapies ciblées.

(fournitures ANI)