Publié le:

Srinagar (Inde) (AFP) – Au moins 12 personnes ont été tuées et 13 blessées lors d’une bousculade dans un sanctuaire religieux en Inde aux premières heures de samedi alors que des milliers de pèlerins se rassemblaient pour offrir des prières, ont annoncé les autorités.

La catastrophe s’est produite vers 03h00 (21h30 GMT) alors qu’il faisait encore nuit en route vers le sanctuaire de Vaishno Devi au Cachemire sous administration indienne, l’un des sites hindous les plus vénérés du pays.

« Les gens se tombaient les uns sur les autres (…) C’était difficile de savoir quelle jambe ou quel bras s’enchevêtraient avec qui », a déclaré à l’AFP un témoin Ravinder, qui n’a donné qu’un seul nom, par téléphone depuis les lieux.

« J’ai aidé à ramasser huit corps lorsque les ambulances sont arrivées après environ une demi-heure. Je me sens chanceux d’être en vie, mais je tremble encore du souvenir de ce que j’ai vu », a-t-il déclaré.

Un responsable a déclaré qu’il y avait une précipitation pour offrir des prières spéciales pour la nouvelle année, mais cela n’a pas été confirmé par d’autres.

Des millions de sanctuaires parsèment les villes, les villes et les villages principalement hindous de l’Inde, ainsi que des endroits reculés de l’Himalaya ou des jungles du sud.

Certains sont des lieux de pèlerinage d’une importance énorme et le gouvernement nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi a beaucoup investi dans l’amélioration des infrastructures pour en faciliter l’accès.

Avant la pandémie, environ 100 000 fidèles montaient chaque jour un chemin escarpé et sinueux jusqu’à la grotte étroite contenant le sanctuaire Vaishno Devi.

READ  Une histoire d'éclipses solaires et de réponses bizarres à celles-ci

Les autorités avaient limité le nombre quotidien à 25 000, mais des témoins et des articles de presse ont déclaré que ce chiffre aurait pu être dépassé plusieurs fois.

‘Argument’

Deux bousculades au cours du même nombre de mois en Inde en 2008 ont fait plus de 370 morts hindous. D’autres au Kerala en 2011 et au Madhya Pradesh deux ans plus tard ont tué plus de 100 chacun.

Lors du dernier incident, d’autres rapports ont suggéré qu’une dispute avait éclaté entre les fidèles.

Les opérations de secours ont immédiatement commencé et les blessés, dont certains seraient dans un état grave, ont été transportés à l’hôpital.

Des séquences vidéo sur les réseaux sociaux ont montré de petites ambulances en minibus avec des lumières clignotantes se dirigeant vers les hôpitaux alors qu’il faisait encore nuit, ainsi que des foules massives.

L’accès au sanctuaire a été interrompu après la bousculade, mais a ensuite repris.

Le sanctuaire Vaishno Devi, une manifestation de la déesse hindoue Vaishnavi, est situé dans les collines à environ 60 kilomètres de la ville de Jammu.

Les gens se rendent dans la ville voisine animée de Katra, puis remontent environ 15 kilomètres à pied ou en poney (il y a aussi un service d’hélicoptère) jusqu’à l’entrée de la grotte, où ils doivent souvent attendre des heures.

Ravinder, le témoin, a déclaré que l’engouement s’était produit à un moment où de grandes foules de personnes descendant du sanctuaire rencontraient celles qui montaient.

Il a calculé qu’il y avait au moins 100 000 personnes.

« Personne ne vérifiait les feuilles d’inscription des fidèles. J’y suis allé plusieurs fois mais je n’ai jamais vu autant de monde », a-t-il déclaré.

READ  La première explosion de vie sur Terre a eu un impact profondément sous la surface

« Ce n’est que lorsque certains d’entre nous ont réussi à soulever un cadavre avec nos mains que les gens ont pu voir (ce qui se passait) et faire de la place pour retirer les corps », a-t-il déclaré.

Un autre témoin venu de Ghaziabad à la périphérie de New Delhi avec un groupe d’une dizaine de personnes a déclaré qu’il y avait eu une « mauvaise gestion ».

« Si nous savions qu’il y avait tant de surpeuplement, ils auraient dû arrêter des gens », a déclaré l’homme sans donner son nom.

Modi a déclaré sur Twitter qu’il était « extrêmement attristé ».

D’autres hauts responsables, dont le président, ont présenté leurs condoléances, le ministre de l’Intérieur qualifiant la tragédie de « déchirante ».