Un soldat français a été tué après une attaque à la roquette sur la base de l’armée française à Gao, au Mali.

Le ministère français des Forces armées a publié dimanche matin un communiqué indiquant que l’attaque s’était produite samedi à la base militaire de l’opération Barkhane à Gao, au Mali.

Le communiqué affirme que l’attaque a été menée par des « terroristes ».

L’opération Barkhane, l’opération militaire française de contre-insurrection au Sahel, opère au Mali depuis 2014. Elle a remplacé l’opération Serval, l’opération de l’armée française pour reprendre le contrôle du nord du Mali, qui avait été saisi par les islamistes en 2012.

Cette année, après ce que le président français Emmanuel Macron a appelé une réduction de la présence militaire française au Mali, les forces de Barkhane se sont retirées des bases militaires de Tessalit, Kidal et Tombouctou dans le nord du Mali. La base de Gao reste le centre de l’opération Barkhane.

L’opposition populaire à la présence militaire française au Mali s’est considérablement accrue ces dernières années. La France a soutenu les récentes sanctions imposées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest qui ont été imposées à la suite d’un plan d’élection présidentielle de 2026 proposé par le gouvernement militaire actuel du Mali.

Des milliers de Maliens sont descendus dans les rues de villes du pays ce mois-ci pour dénoncer les sanctions, la plupart dénonçant également la présence de la France au Mali.