Illustration d’artiste de l’orbiteur et du rover Tianwen 1 sur Mars. Crédit: CNSA / Académie chinoise des sciences / Astronomie de la nature

Un rover chinois équipé de caméras, d’une station météo et d’un spectromètre laser sophistiqué pourrait atterrir sur Mars dès vendredi, un exploit qui ferait de la Chine le deuxième pays à réussir à atterrir et à exploiter un vaisseau spatial à la surface de la planète rouge.

L’orbiteur chinois Tianwen 1 lancera un module contenant le rover quelques heures avant l’atterrissage, envoyant la capsule sur une trajectoire pour plonger dans l’atmosphère martienne pour une entrée à grande vitesse. La nacelle d’entrée, protégée par une barrière thermique, déploiera un parachute, déclenchera un système de rétro-propulsion et ciblera un atterrissage sur une vaste plaine plate appelée Utopia Planitia dans l’hémisphère nord.

Si tout se passe comme prévu, un rover de 529 livres (240 kilogrammes) sortira de l’aire d’atterrissage sur une rampe pour commencer à traverser le site d’atterrissage inexploré.

L’Administration spatiale chinoise a déclaré vendredi que le rover pourrait atterrir sur Mars entre les premières heures de samedi et mercredi (15-19 mai), heure de Pékin. Les amateurs de radio amateur qui suivent régulièrement les signaux des sondes spatiales lointaines ont déclaré que le vaisseau spatial pourrait être sur une trajectoire pour atterrir vendredi vers 23h00 GMT (19h00 HAE).

Le vaisseau spatial Tianwen 1, qui a transporté le rover sur Mars, a été lancé depuis la Terre en juillet dernier sur la fusée lourde chinoise Long March 5. Tiawen 1 est devenue la première mission chinoise à entrer en orbite autour de Mars à son arrivée en février, faisant de la Chine le sixième pays ou agence spatiale à avoir une sonde en orbite autour de la planète rouge, après les États-Unis, l’ex-Union soviétique, l’Agence spatiale européenne, Inde et Émirats arabes unis.

La Chine a l’intention de rejoindre un club international encore plus petit avec la tentative d’atterrissage sur Mars. Seuls deux pays ont fait un atterrissage en douceur sur la planète rouge.

READ  Texas Biomed s'engage à continuer de contribuer à l'innovation dans le domaine de la santé

L’atterrisseur Mars 3 de l’Union soviétique a été le premier vaisseau spatial à effectuer un atterrissage en douceur sur la surface martienne en décembre 1971, mais la sonde a cessé de transmettre environ deux minutes plus tard.

Neuf missions américaines ont atterri avec succès sur Mars depuis 1976.

Tianwen 1 a atteint Mars un jour après que l’orbiteur Hope des Émirats arabes unis est entré en orbite autour de la planète rouge et huit jours avant l’atterrissage du rover Perseverance de la NASA. L’alignement planétaire favorable de la Terre et de Mars qui a permis aux trois missions d’atteindre Mars en février se produit une fois tous les 26 mois.

Depuis son arrivée sur Mars en février, le vaisseau spatial Tianwen 1 a manoeuvré sur une orbite plus proche de la planète pour préparer le déploiement de la capsule contenant le rover de la mission, nommé Zhurong d’après le dieu du feu dans la mythologie chinoise ancienne.

Le nom Tianwen vient du titre d’un poème écrit par l’ancien poète chinois Qu Yuan. Tianwen se traduit par Questions au ciel.

L’orbiteur Tianwen 1 devait ajuster le point bas de son orbite allongée pour frapper une trajectoire de collision avec Mars dans les heures précédant l’atterrissage du rover. Une fois que les équipes au sol auront confirmé que l’orbiteur est sur une bonne trajectoire, le transporteur déploiera le module d’entrée et les propulseurs d’incendie pour rétablir une orbite stable autour de Mars.

La plupart des atterrisseurs de Mars pénètrent dans l’atmosphère martienne par un trajet direct depuis la Terre. Ces trajectoires ont généralement des dates d’atterrissage prédéfinies liées au moment où les missions ont été lancées. La conception donne aux autorités chinoises la flexibilité de planifier l’atterrissage.

READ  Loi française AGEC Nouvelles obligations financières, interdit le plastique à usage unique

L’orbiteur Tianwen 1, qui poursuivra sa mission après le lancement de l’atterrisseur et du rover, est conçu pour fonctionner pendant au moins une année martienne, soit environ deux ans sur Terre. Le rover à énergie solaire, qui mesure environ 1,8 mètre de haut, a une espérance de vie d’au moins 90 jours, ont déclaré les autorités chinoises.

En plus des tâches de cartographie et de reconnaissance, l’orbiteur transmettra des signaux de communication entre les contrôleurs au sol en Chine et le rover explorant la surface martienne.

En supposant que l’atterrissage est réussi, le rover activera des caméras, un radar souterrain pour sonder la glace des eaux souterraines, des capteurs pour mesurer la composition des roches martiennes, un moniteur de champ magnétique et une station météorologique pour commencer à collecter des données sur place. Par Utopia Planitia .

Le rover Zhurong est à six roues et est légèrement plus grand que les rovers Spirit et Opportunity de la NASA, qui ont atterri sur la planète rouge en 2004. Le vaisseau spatial chinois est nettement plus petit que les rovers Curiosity et Perseverance de la NASA.

Wang Chi, directeur du Centre national des sciences spatiales de l’Académie chinoise des sciences, a déclaré en mars que la Chine était « ouverte à la coopération internationale » et a déclaré que les données de la mission Tianwen 1 seraient « bientôt disponibles au public ».

Des scientifiques de l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, ou IRAP, en France ont contribué à un instrument de spectroscopie de panne induite par laser sur le rover Tianwen 1.

READ  L'ADN libéré par les organismes des profondeurs révèle un abysse sombre grouillant de minuscules formes de vie

Les scientifiques français, avec le soutien de l’agence spatiale française CNES, ont fourni des conseils à leurs homologues chinois sur la technique de la spectroscopie, qui utilise un laser pour frapper une partie d’une roche de la taille d’une tête d’épingle, et un spectromètre pour analyser la lumière. émis par le plasma généré. par l’interaction du laser avec la surface de la roche.

La technique avancée permet à un instrument de déterminer la composition chimique des roches sur Mars. Des scientifiques français ont également fourni à la Chine une cible d’étalonnage pour l’instrument de spectroscopie laser du rover.

La même équipe française a travaillé sur les instruments des rovers Mars Curiosity et Perseverance de la NASA. Les scientifiques espèrent procéder à un étalonnage croisé des mesures entre les deux missions dirigées par les États-Unis et le rover chinois Tianwen 1.

Des scientifiques de l’Institut de recherche spatiale de l’Académie autrichienne des sciences ont contribué au développement du magnétomètre de l’orbiteur Tianwen 1 et ont aidé à étalonner l’instrument de vol.

L’Argentine héberge une antenne de poursuite dans l’espace lointain appartenant à la Chine qui est utilisée pour communiquer avec Tianwen 1. L’Agence spatiale européenne a également accepté de fournir du temps de communication pour Tianwen 1 par le biais de son propre réseau mondial de stations de poursuite dans l’espace lointain.

La coopération entre la NASA et la Chine est limitée par une loi qui interdit à l’agence spatiale américaine de presque tout engagement bilatéral avec le programme spatial chinois.

Envoyez un e-mail à l’auteur.

Suivez Stephen Clark sur Twitter: @ EstebanClark1.