Un propriétaire de restaurant italien a accidentellement mis sur la liste noire les sanctions américaines avant Donald Trump La gauche de la présidence a qualifié les derniers mois de « cauchemar ».

Dans un cas d’identité erronée, Alessandro Bazzoni, propriétaire d’un restaurant et d’une pizzeria dans la ville de Vérone, dans le nord de l’Italie, a reçu des sanctions contre son entreprise dans le cadre de la répression de l’administration Trump contre le pétrole brut vénézuélien coté en bourse. Noir.

Le Trésor américain a également inscrit à tort SeriGraphicLab, une société de conception graphique appartenant à un autre homme du nom d’Alessandro Bazzoni, en Sardaigne. Le propriétaire de l’entreprise sarde a confirmé que son entreprise avait été frappée à tort de sanctions en janvier, mais a refusé de commenter davantage lorsqu’il a été contacté par le Guardian vendredi.

En 2019, l’administration Trump a imposé des sanctions VenezuelaLa compagnie pétrolière d’État Petróleos de Venezuela (PDVSA), pour tenter de forcer la démission du président Nicolás Maduro, que les États-Unis ont accusé de corruption, de violations des droits de l’homme et de truquage de sa réélection en 2018. Le dernier jour de son mandat, Trump a sanctionné un réseau de sociétés pétrolières et d’individus liés à PDVSA.

Bazzoni, le propriétaire du restaurant, a découvert que le nom de sa société, AMG SAS Di Alessandro Bazzoni & C, avait été mis sur liste noire lors d’une visite à sa banque le 19 janvier, la veille du départ de Trump et du nouveau président des États-Unis, Joe Biden, a prêté serment. dans.

« Quand j’ai appris que mes comptes chèques avaient été bloqués, j’ai pensé que c’était une blague », a déclaré Bazzoni au Corriere della Sera. « Ce sont déjà des moments difficiles pour les restaurateurs, la dernière chose dont j’avais besoin était de bloquer mes comptes. »

READ  L'Afghanistan isolé pourrait rencontrer des difficultés pour recevoir de l'aide après le tremblement de terre | Afghanistan

Bazzoni a déclaré au journal qu’il avait résolu le problème lui-même, « en saisissant mes données sur une plate-forme numérique spéciale du gouvernement des États-Unis ». Il a ajouté: « Pendant que j’y étais, j’ai réussi à obtenir un visa jusqu’en 2023. »

En un liste mise à jour sur le site Web du Trésor américain daté du 31 mars, les deux sociétés italiennes ont été retirées de la liste noire. Un responsable du Trésor a déclaré à Reuters que le ministère s’était rendu compte que les entreprises appartenaient à des personnes autres que les Bazzoni qu’il avait inscrites sur la liste noire en janvier.

Le propriétaire du restaurant a affirmé ne pas avoir reçu d’excuses. « Mais ce n’est pas un problème, l’important est qu’ils ont retiré mon nom de cette liste », a-t-il déclaré à Corriere. « Je remercie le nouveau gouvernement américain pour l’efficacité avec laquelle il est intervenu. »