Un homme du centre de l’Alberta est revenu de la Régate mondiale des maîtres d’aviron 2022 en France avec une médaille d’or.

Andy Nokes, qui vit à l’ouest de Lacombe, a pris la première place lors de la course du groupe d’âge 65-70 le mois dernier, qui était une épreuve en double qu’il a complétée avec son coéquipier Paul Hardy.

Après un départ lent, Nokes a déclaré avoir atteint la troisième place dans le premier 500 m et regagné plus de terrain dans le deuxième tronçon de 500 m avant de terminer bien devant la deuxième place de l’Irlande du Nord. Nokes et Hardy ont terminé la course de 1 000 mètres en trois minutes et 58 secondes.

« Nous avons terminé avec huit secondes d’avance sur la deuxième équipe, donc c’était une victoire nette », a déclaré Nokes. « Cela peut toujours être plus rapide, mais entre trois minutes et 50 secondes et quatre minutes, c’est plutôt bien pour notre catégorie d’âge. »

Il a dit que cette course était difficile parce qu’habituellement, quand vous courez, vous ne regardez pas les autres équipages, donc ne sachant pas s’ils allaient en premier ou en dernier, ils ont donné tout ce qu’ils avaient.

« Ce n’est pas une situation où lorsque vous êtes devant les autres équipages, vous vous détendez. Les 250 derniers mètres, nous avons augmenté le nombre de coups par minute et c’était une accélération vers la ligne d’arrivée », a-t-il déclaré.

L’homme de 68 ans a pris part à trois autres courses entre le 7 et le 11 septembre, où la troisième place a été sa meilleure performance. Terminer premier, a-t-il admis, était une belle récompense pour tout l’entraînement intensif qu’ils ont mis en préparation au cours de la dernière année.

READ  Deux autres bateaux irlandais se qualifient pour Tokyo après une belle matinée sur l'eau

Nokes a expliqué qu’il estimait que son plus grand défi était psychologique car vers la barre des 500 mètres, il a commencé à ressentir la douleur de la charge de travail exténuante, mais il l’a surmonté.

« C’est difficile à partir de deux points : physiquement c’est difficile et puis mentalement tu ne sais pas où tu en es par rapport à la concurrence. Nous ne savions pas parce que nous allions assez lentement au début, mais ensuite vous vous demandez si nous allons les rattraper et les dépasser », a-t-il déclaré.

Son travail consistait à donner le rythme et ils ont donc commencé à 34 coups par minute pour grimper à 36 coups par minute dans la dernière ligne droite de la compétition.

Chaque course, a-t-il dit, était traitée comme une finale et il commençait une course toutes les trois minutes. Il a déclaré que l’une des meilleures expériences était de rencontrer des gens du monde entier et de rivaliser avec environ 4 700 concurrents. Lors de la course dans laquelle il a remporté l’or, il y avait des équipes d’Irlande du Nord, de France, de Hollande, d’Allemagne, de Grande-Bretagne et du Danemark.

« C’est un événement international merveilleux… et c’est vraiment un rassemblement international. »

centralalbertaSports locauxRedDeer