La compagnie pétrolière française Total a ouvert lundi 23 novembre des négociations avec les syndicats concernant un plan de départs volontaires dans la branche pétrochimique, selon franceinfo de la société et des syndicats. La CGT estime que ce plan pourrait concerner 700 personnes, un chiffre qui n’est pas confirmé par la direction de Total.

Dans une lettre adressée à sept centrales, dont la CGT, FO, CFE-CGC, CFDT et CFTC, la direction du groupe précise que ce plan touchera les personnes en fin de carrière et qu’il sera réalisé sur la base du volontariat. . Grâce à une exemption d’activité, ils n’auront pas à s’inscrire au chômage en attendant l’âge effectif de la retraite.

Les personnes qui choisissent d’opter pour ce plan et qui travaillent sur des sites de production ou de «recherche et développement» verront leur départ récompensé par l’embauche de jeunes collaborateurs. Cependant, les employés du bureau central qui décident de partir ne seront pas remplacés.

Des négociations sur ce plan ont été ouvertes à la demande de trois syndicats minoritaires, qui souhaitaient trouver un moyen de mettre fin au gel des recrutements instauré lors du premier lock-out. La CGT souligne que les discussions sur les tranches d’âge qui peuvent en bénéficier n’ont pas encore commencé.

Dans sa lettre, la direction fixe la fin de 2020 comme date butoir des négociations, pour des départs effectifs à l’été 2021.

READ  "L'offre sera faite pour Suez"