Après plus d’un mois d’enquête en Méditerranée orientale et de multiples tensions internationales, leFast-Reis retourné sur la côte turque. Le navire de recherche gazier, déployé par Ankara dans une zone disputée avec la Grèce et considérée comme riche en gaz naturel, est rentré dans le port turc d’Antalya, ont confirmé les autorités turques dimanche 13 septembre.

Cependant, Ankara a souligné que cela ne signifie pas qu’elle renonce à ses droits dans ce domaine. “Il y aura un aller-retour”Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a déclaré à l’agence de presse d’État anatolienne.

Sur les cartes: Comment le président turc Recep Tayyip Erdogan fait revivre le syndrome du traité de Sèvres

La Turquie avait déployé le 10 août leFast-Reis, escorté par des navires de guerre turcs, dans les eaux près d’une île grecque et mission prolongée trois fois malgré les appels répétés de l’Union européenne (UE) et de la Grèce pour y mettre fin.

“Un premier pas positif”, selon Athènes

La découverte de grands gisements de gaz ces dernières années dans l’est de la Méditerranée a ravivé d’anciens différends entre la Grèce et la Turquie sur leurs frontières maritimes. La Grèce a obtenu le soutien de l’UE et, en particulier, de la France, qui a mené des exercices militaires conjoints avec les forces navales grecques à proximité de cette zone contestée.

“C’est une première étape positive (…). J’espère qu’il y en a d’autres “, a réagi le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis. Athènes “Il est toujours prêt à engager des contacts exploratoires avec la Turquie”il ajouta. “Ce pas de la Turquie va dans la bonne direction”, vers “La désescalade de la situation” et pourrait contribuer au rétablissement “Dialogue” entre les deux pays, a déclaré le Premier ministre grec.

READ  Covid-19 fait avancer la cause de l'indépendance écossaise

Jeudi, sept dirigeants des pays du sud de l’UE ont brandi la menace de sanctions européennes contre la Turquie si elle ne met pas fin à sa “Activités unilatérales” en Méditerranée orientale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face à la Turquie, les pays du sud de l’Europe sont de concert

Le monde avec l’AFP