Par Gaspar Sebag

(Opinion Bloomberg) – Le milliardaire russe sanctionné Alexey Kuzmichev a remporté une nouvelle victoire dans son combat contre les autorités françaises qui ont attaqué ses yachts de la Riviera après avoir fait l’objet d’un gel des avoirs.

Un juge a jugé que les douaniers avaient violé les règles de procédure lorsqu’ils sont intervenus pour immobiliser l’un des navires de Kouzmichev amarré dans le port de Cannes, quelques jours après son inscription sur la liste des sanctions de l’Union européenne en réaction à l’invasion russe de l’Ukraine.

« Le rapport de perquisition sur le navire ‘La Petite Ourse II’ ne fait aucune référence à un soupçon de fraude », comme un contournement des sanctions, a déclaré Bruno Le Bécachel, juge à la cour d’appel de Rouen, dans le nord de la France.

Comme cela aurait dû être la justification de l’embarquement sur le yacht, le juge a jugé que les douaniers avaient « clairement abusé » des règles françaises qui leur permettent d’inspecter les navires, et a annulé la perquisition et le rapport d’immobilisation ultérieur.

Malgré cette victoire et une similaire à Paris sur un deuxième yacht, il est peu probable que Kuzmichev puisse déplacer ses bateaux car les deux restent soumis à un gel de l’UE et peuvent être considérés par les autorités comme une tentative de contourner les sanctions. En mars, la France a bloqué le superyacht « Amore Vero », qui a été lié au directeur général du géant pétrolier Rosneft PJSC, Igor Sechin, au milieu des soupçons qu’il se préparait à une sortie rapide. Son propriétaire fait maintenant l’objet d’une enquête criminelle.

READ  Dernier coronavirus: le deuxième vaccin GSK / CureVac est prometteur dans un essai sur les animaux

Plus de raisons : Un milliardaire russe poursuit la France pour des yachts saisis

Vendredi, le juge de Rouen a également reproché aux douaniers de ne pas avoir correctement informé le capitaine de « La Petite Ourse II » qu’il pouvait s’opposer à la rafle.

Les autorités douanières n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. L’avocat de Kuzmichev, Philippe Blanchetier, a refusé de commenter après la décision.

Lors de l’audience dans cette affaire en octobre, Blanchetier a laissé entendre que les douaniers s’étaient ingérés sans raison et avaient déformé la loi.

« Il était inutile de notifier le gel des avoirs et je n’avais aucune base légale pour le faire, car l’ajout du nom de M. Kuzmichev au Journal officiel de l’UE est une notification suffisante en soi », a-t-il déclaré. L’équipe juridique du milliardaire conteste la décision de le sanctionner devant les tribunaux de l’UE.

© 2022 Bloomberg L.P.