La zone de réseautage a réussi l’équilibre entre un salon accueillant et un espace de discussion, de la création de musique entraînante aux défis théologiques. Environ 80 personnes intéressées se sont spontanément présentées à l’une de nos premières discussions sur le podium ; SwissHub n’avait pas assez de tabourets en carton pour cet événement organisé par l’EPER, notre agence d’aide. Mais les gens sont restés et ont écouté, fascinés, l’évêque réformé ukrainien Sándor Zán Fábián, qui est aussi préoccupé par des choses banales comme avoir suffisamment d’engrais, de tracteurs et de diesel pour ses paroissiens et ceux qui demandent de l’aide que par une diplomatie réussie et un travail œcuménique. pour la paix. Dans le « montagne rouge » de SwissHub, nous avons été particulièrement touchés par les témoignages d’acceptation et de changement. Qu’il s’agisse de femmes leaders d’églises (Rita Famos, Annette Kurschus et Emmanuelle Seyboldt ont discuté sur un pied d’égalité), des Rainbow Pilgrims, de la sécularisation, des égliseslutte contre le changement climatique, les églises minoritaires, la mission contemporaine (représentée par Mission 21 et DM), ou le dialogue interreligieux, qui ont parlé honnêtement d’eux-mêmes et de leurs convictions sur le canapé devant le « montagne » ont été entendus. Sous la direction de Heinz Fäh, nos délégués ont rendu compte directement des discussions. La Suisse était représentée par les jeunes, diverses et extraordinairement professionnelles Emma van Dorp, Suzanne Schild et Sarah Bach. Ecologie, création de paix et unité vivante : ils ont décliné les principaux éléments de la Plénière d’affaires pour les Suisses au niveau paroissial. Lorsque notre responsable des relations extérieures, Serge Fornerod, a été réélu au comité central, une liesse spontanée a éclaté au SwissHub.

READ  Shiffrin 2e du superg remporté par Miradoli, mène en Coupe du monde

Nous sommes toujours avides de contacts, d’ouverture aux rencontres et d’échanges honnêtes sur les différences confessionnelles et thématiques au SwissHub. Un coup d’œil à travers la pièce était comme un sac à main : était-ce un archevêque à la table d’honneur, était-ce le président de l’église qui faisait la queue pour prendre un café, était-ce un militant en décalage horaire faisant une sieste dans l’un des énormes coussins ? c’estt qu’une vieille connaissance du Canada jouant dans l’EKDun baby-foot ?

Certains sont venus à notre bureau d’une île si exotique que nous avons d’abord dû rechercher le pays sur Google. D’autres ont apporté des roses, étaient à la recherche d’un délicieux chocolat ou voulaient simplement recharger leur téléphone portable. Les « montagne rouge » s’est avéré être un pêcheur de gens qui comprenaient toutes les langues. Avec les Suisses, nous surmontons le RSoitstigrabène [cultural boundaries between the German and French-speaking Swiss], et nous surmontons les préjugés culturels avec les gens du Moyen-Orient. Avec l’Afrique, nous retrouvons notre joyeuse unité et retrouvons des connaissances après de nombreuses années. C’était une grande joie de se revoir à la Bossey Alumni Reunion, que nous avons aidé à organiser.

En plus de nos bénévoles enthousiastes, les « dame en bois » a fait de loin le plus de contacts : l’imprimerie de Gutenberg. Jour après jour, les participants ont imprimé des centaines d’affiches de montage sur ce morceau du Moyen Âge au milieu de la Zone Réseau. Insérer du papier, appliquer de l’encre, presser doucement – cette expérience haptique captivait les gens, dont la tête débordait souvent de l’assemblage. nous nonJe ne vois personne qui étaitt souriant là. Il y avait souvent une belle conversation par la suite, comme « Dis-moi qui tu es et ce qui intéresse ton église. » Par exemple, notre membre du conseil d’administration, Pierre-Philippe Blaser, a eu des dizaines de conversations pastorales dans la zone réseau, célébrant ce qu’était cet espace : de véritables rencontres de personne à personne.

READ  Propriété en France: une expatriée britannique raconte comment elle a utilisé des bénévoles pour rénover gratuitement la ferme