Le gouvernement ougandais a déclaré la fin de son épidémie d’ebolamoins de quatre mois après la notification des premiers cas.

Depuis le 20 septembre, 56 personnes sont mortes du virus, qui se transmet par les fluides corporels, et 142 infections ont été confirmées.

Le pays n’a signalé aucune nouvelle infection en plus de 42 jours, soit le double de la période d’incubation maximale du virus, une référence de l’Organisation mondiale de la santé pour qu’un pays soit déclaré exempt d’Ebola.

« L’Ouganda a rapidement mis fin à l’épidémie d’Ebola en augmentant les mesures de contrôle clés telles que la surveillance, la recherche des contacts et la prévention et le contrôle des infections », a déclaré mercredi la ministre de la Santé, le Dr Jane Ruth Aceng Ocero. « La baguette magique a été nos communautés qui ont compris l’importance de faire ce qui est nécessaire pour mettre fin à l’épidémie et ont pris des mesures. »

La dernière épidémie de la souche soudanaise du virus a été l’une des pires que l’Ouganda ait connues depuis deux décennies. actuellement là pas de vaccin contre le stress.

L’épidémie a commencé dans le district de Mubende, dans le centre de l’Ouganda, et s’est propagée à Kassanda voisin. Des cas ont également été signalés dans la capitale, Kampala. Les deux districts ont été placés sous verrouillage de plusieurs mois.

« C’est un grand jour pour le pays », a déclaré Emmanuel Ainebyoona, porte-parole du ministère de la Santé. « Je suis sûr que nous avons géré cette situation dans les plus brefs délais. »

Il a reconnu que les fermetures avaient affecté les moyens de subsistance des gens, mais a ajouté : « Ces mesures restrictives ont pu contenir la propagation de l’épidémie à d’autres parties du pays ».

READ  Le Fonds politique Donald Trump fait un don de 650 000 $ pour des portraits présidentiels

La Croix-Rouge ougandaise a déclaré qu’elle ne se retirerait pas immédiatement des zones touchées.

Des essais sont en cours pour un vaccin contre la souche soudanaise. Les représentants du gouvernement ont signalé leur intention de continuer à développer vaccins du Sabin Vaccine Institute aux États-Unis, de l’Université d’Oxford, du Jenner Institute au Royaume-Uni, du Serum Institute of India et de l’International AIDS Vaccine Initiative.

« C’est là que nous nous concentrerons – la recherche, la formation, le renforcement des capacités et la garantie que nous construisons des systèmes de santé résilients », a déclaré Ainebyoona. « Nous allons être mieux préparés à répondre à toute autre urgence sanitaire qui pourrait survenir. »

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, a félicité l’Ouganda pour sa « réponse robuste et globale ». « Les leçons apprises et les systèmes en place pour cette épidémie protégeront les Ougandais et les autres pour les années à venir. »

C’est lui premier tournage de la souche soudanaise d’Ebola en Ouganda depuis 2012.