Couvrant une superficie de 162 500 pieds carrés, la structure récemment achevée abrite une salle de sport et de divertissement d’une capacité de 4 500 places, un gymnase avec un mur d’escalade pour les compétitions internationales et une salle de conférence volumineuse. Un volume unitaire enveloppe étroitement les trois, créant une science-fiction qui change de forme comme une « peau » qui change sensiblement votre perception du bâtiment en fonction de votre point de vue. Trois rubans de béton et d’aluminium qui se chevauchent et tournent forment la façade entièrement blanche et discrètement dramatique. Pendant ce temps, un vélodrome en plein air adjacent de 820 pieds, utilisé dans les compétitions nationales, les courbes et les chutes font écho à la forme à côté.

« Notre idée était d’évoquer la sensation de fluidité et de mouvement, et son rapport au corps », explique Isabel Hérault, co-fondatrice d’Hérault Arnod Architectures. « La forme géométrique et l’utilisation de seulement quelques matériaux sont le résultat de décisions très économiques et rationnelles, mais ils ont créé quelque chose qui semble très organique. »

Plus de Metropolis


Le site, entouré d’un paysage préservé de zones humides, de forêts anciennes, de prairies et d’anciennes terres agricoles, sera la pièce maîtresse d’un développement de quartier émergent, relié par une nouvelle piste cyclable piétonne qui rejoint une grande place d’entrée et un théâtre en plein air pour des événements spéciaux. . .

Les installations intérieures ont été conçues dans un souci de flexibilité maximale, permettant à l’Espace Mayenne de tout accueillir, des concerts et conférences à la boxe et au basket.

READ  Alaphilippe en combat pour la scène ... La 13e étape en direct

Alors que les événements sportifs nécessitent un système d’arène où les spectateurs sont assis autour du terrain de jeu, les spectacles exigent que les membres du public fassent face dans la même direction. Ainsi, la salle principale a une forme asymétrique, avec un grand balcon d’un côté et un espace pour l’installation d’une scène de l’autre, réduisant la distance entre les artistes et le public. Les murs ondulés en béton et en feutre de laine ont été conçus en collaboration avec des experts en acoustique pour maximiser la qualité sonore et ajouter une sensation de texture et de solidité à la pièce.

intérieur du hall montrant un plafond en bois et des lampes suspendues
extérieur du centre sportif espace blanc mayenne

Le gymnase et la salle de conférence, plus traditionnels, sont situés le plus près possible l’un de l’autre, ce qui leur permet d’être utilisés ensemble ou indépendamment, et sont reliés par un hall lambrissé illuminé de suspensions ; décrit par l’Hérault comme un « espace fluide, chaleureux et sensuel ». Le public et les athlètes, artistes et staff empruntent des parcours distincts, en fonction de l’usage qui est fait du lieu un jour donné.

« Créer une véritable flexibilité grâce à la conception spatiale, aux matériaux et aux techniques était assez complexe », explique Hérault. « Ce type de bâtiment doit fonctionner comme une machine. Il doit parfaitement répondre aux besoins de différentes personnes en allant vers différentes choses, en les regardant de différentes manières et en produisant des sons différents. C’était notre plus grand défi, mais aussi notre plus grande opportunité sur ce projet.