L’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et sa spin-off de technologie de transport Swisspod ont présenté une piste d’essai opérationnelle pour des solutions de transport ultra-rapides.

Le prototype de piste est décrit comme la « première installation d’essai d’hyperloop opérationnelle en Europe ». Dans un communiqué de presse, les partenaires ont déclaré qu’ils espèrent qu’il agira comme un catalyseur pour l’effort mondial d’hyperloop et “une étape cruciale vers l’évolution et l’adoption de solutions de mobilité intracontinentale durables”.

Piste hyperboucle infinie

L’infrastructure est construite sous une forme circulaire pour simuler une piste hyperloop infinie et s’adapter à un ensemble diversifié de conditions expérimentales, telles que différents niveaux de pression, vitesse et longueurs de chemin.

Swisspod prévoit que son système Hyperloop pourra transporter des passagers et des marchandises de Genève à Zurich en seulement 17 minutes ou de New York à Washington DC en seulement 30 minutes, plus rapidement qu’un avion avec une fraction de l’empreinte carbone.

Swisspod a travaillé de manière constructive sur la conception optimale de l’installation détenue et exploitée par le Laboratoire des systèmes électriques distribués (DESL), EPFL.

“Avec cette piste d’essai à petite échelle, nous pourrons étudier les aspects fondamentaux du système de propulsion électromagnétique et de lévitation de notre capsule.”

Swisspod bénéficiera du transfert de connaissances et des synergies de l’EPFL dans le cadre de l’effort commun. Pour la première activité de recherche financée par l’Agence suisse pour l’innovation, Swisspod et l’EPFL s’associent à la Heig-vd, l’école d’ingénieurs et de gestion du canton de Vaud.

READ  Le comté de Santa Barbara explore les options pour étendre les tests COVID-19; 19 nouveaux cas signalés | Crise du coronavirus

“Avec cette piste d’essai à petite échelle, nous pourrons étudier les aspects fondamentaux du système de propulsion électromagnétique et de lévitation de notre capsule”, a déclaré Mario Paolone, directeur du Laboratoire des systèmes électriques distribués de l’EPFL.

“Nous utiliserons les résultats pour améliorer la conception du module et rendre le circuit plus efficace.”