Le pétrolier San Padre Pio est arrêté depuis janvier 2018 (photo Augusta Energy)

Publié le 21 mai 2021 17:19 par

L’exécutif maritime

Les autorités suisses ont annoncé avoir conclu un accord pour la libération d’un pétrolier de produits suisses détenu par le Nigéria depuis plus de trois ans. L’arrestation a créé un incident international que les Suisses avaient porté devant le tribunal maritime des Nations Unies.

Selon une déclaration du Département fédéral suisse des affaires étrangères, après de nombreux efforts diplomatiques en collaboration avec le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche et le Département fédéral des finances, un protocole d’accord a été publié prévoyant la publication immédiate du bateau. signé le 20 mai 2021. «Il appartient maintenant au Nigéria de libérer le navire et les entreprises impliquées dans l’exploitation du Saint Padre Pio prendre les mesures opérationnelles nécessaires pour le départ effectif du navire », indique le communiqué.

Le produit pétrolier MT Saint Padre Pio est enregistrée en Suisse et est exploitée par une compagnie maritime suisse ABC Maritime, détenue par Augusta Energy. Le navire de 7600 tpl était engagé dans les activités de ravitaillement en carburant de la société en Afrique de l’Ouest lorsque le 23 janvier 2018, le navire a été intercepté par la marine nigériane. Les Nigérians ont ordonné au pétrolier, qui avait été impliqué dans le transfert de diesel d’un navire à l’autre, de se rendre à Port Harcourt, où il reste ancré et retenu.

Les autorités nigérianes ont accusé le navire de contrebande de carburant diesel et de violer la zone économique exclusive nigériane. Les propriétaires et la Suisse ont nié toutes les accusations, affirmant que le navire opérait dans les eaux internationales.

Les efforts de l’entreprise et les efforts diplomatiques suisses n’ont pas permis de libérer le navire. La plupart des membres d’équipage ont été autorisés à partir, bien que quatre membres d’équipage soient restés à bord pour entretenir le navire. Incapable de parvenir à une solution diplomatique, la Suisse a présenté une affaire au Tribunal international du droit de la mer des Nations Unies, basé à Hambourg.

La Suisse a demandé au tribunal d’ordonner la libération immédiate du navire, affirmant que le Nigéria le détenait illégalement et que le navire et l’équipage étaient en danger. Ils ont rapporté que le navire avait été attaqué par des pirates dans la région en avril 2019.

Le tribunal maritime a déclaré en juillet 2019, sans statuer sur les allégations du Nigéria, que le navire devait être libéré. Ils ont ordonné qu’une caution de 14 millions de dollars soit déposée et que les exploitants du navire acceptent de retourner au Nigéria pour de futures poursuites judiciaires. Le tribunal a laissé ouverte une décision ultérieure sur la question de savoir si le Nigéria avait violé le droit international en saisissant et en arrêtant le pétrolier.

L’opérateur du navire, ABC Maritime, a déclaré à SWI swissinfo.ch qu’il s’était défendu avec succès devant la Haute Cour du Nigéria. Ils ont dit que le navire et son équipage avaient été acquittés parce que le tribunal les avait déclarés innocents.

Affirmant que l’accord entre les gouvernements suisse et nigérian prévoyait la libération immédiate du pétrolier, les autorités suisses ont déclaré qu’elles mettraient fin à la procédure judiciaire toujours pendante devant le Tribunal international du droit de la mer une fois que le navire reviendrait dans les eaux international .

READ  L'Irlande et le Pays de Galles retombent en lice