Les utilisateurs de Twitter qui sont prêts à plonger dans un débat en ligne houleux seront avertis qu’ils sont sur le point d’entrer dans une conversation « intense », sous un test de sécurité.

La plate-forme de médias sociaux teste une fonctionnalité qui laisse tomber une annonce sur un échange potentiellement litigieux, qui se lit comme suit : « Attention. Des conversations comme celle-ci peuvent être intenses. » Un autre message, qui semble s’adresser aux répondeurs, se donne beaucoup de mal pour calmer les utilisateurs et exhorte le tweeter à « prendre soin les uns des autres », « se souvenir de l’humain » et souligner que  » Les perspectives diverses ont de la valeur. »

Le test est effectué avec un petit groupe d’utilisateurs, dans des paramètres de langue anglaise, sur la plate-forme iOS d’Apple.

Au témoignage aux sénateurs américains cette semaineLa dénonciatrice de Facebook, Frances Haugen, a évoqué les tentatives de Twitter pour faciliter certaines interactions comme un exemple que son ancien employeur pourrait suivre. Haugen, qui a déclaré que Facebook se concentrait trop sur la création de sa plate-forme « edgy » et « virale », a déclaré que Twitter avait réduit les interactions de colère en introduisant une fonctionnalité qui demandait aux utilisateurs s’ils voulaient tweeter un lien qu’ils n’avaient pas touché.

READ  Le nouveau système de transmogrification compliqué de Destiny 2 ressemble à une parodie • Eurogamer.net

Le test de conversation « intense » est la dernière tentative de Twitter pour limiter les abus sur sa plate-forme, un problème qui a de nouveau augmenté au Royaume-Uni cette année après que les joueurs de football anglais ont été abusé racialement par les utilisateurs de Twitter lors du tournoi Euro 2020.

Parmi les autres initiatives que la société américaine teste, citons : une fonctionnalité qui permet aux utilisateurs de supprimer les abonnés indésirables sans les bloquer officiellement ; et un « Mode sans échec » qui verrouille les comptes pendant sept jours si les systèmes de l’entreprise de technologie les détectent en utilisant un langage malveillant ou en envoyant des réponses et des mentions répétitives et non sollicitées. La fonction de mode de sécurité est initialement testée auprès d’un petit groupe d’utilisateurs, avec un accent particulier sur les femmes journalistes et les membres des communautés marginalisées.

Twitter envisage également de donner aux utilisateurs la possibilité d’archiver les anciens tweets et de les retirer de la vue du public après une période définie, telle que 30, 60 ou 90 jours.

Les abus en ligne gagnent en importance au Royaume-Uni avec le projet de loi facture de sécurité en ligne, qui impose un devoir de diligence aux sociétés de médias sociaux pour protéger les utilisateurs contre les contenus préjudiciables. Les sociétés de médias sociaux sont tenues, en vertu du projet de loi, de soumettre à l’Ofcom, l’organisme de contrôle des communications, une « évaluation des risques » du contenu qui cause du tort. Une commission mixte de parlementaires et de collègues examine le projet de loi et doit rendre son rapport d’ici la fin de l’année.

READ  « La seule chose pure en ce moment » : des imitateurs présumés de Wordle critiqués pour avoir monétisé les jeux gratuits | Puzzle