président de la Turquie, Recep Tayyip Erdoğana promis qu’une journaliste de télévision bien connue ne resterait pas « impunie » après son arrestation pour l’avoir prétendument insulté.

La police a arrêté Sedef Kabaş chez elle à 2h du matin le samediquelques heures seulement après avoir diffusé les commentaires, puis les avoir publiés sur Twitter à ses 900 000 abonnés.

L’insulte alléguée était un proverbe qui se traduit par : « Quand le bœuf vient au palais, il ne devient pas roi. Mais le palais devient une grange.

Elle a été officiellement arrêtée après avoir comparu devant le tribunal.

« Cette infraction ne restera pas impunie », a déclaré Erdoğan dans une interview diffusée sur la chaîne de télévision privée NTV.

« Il est de notre devoir de protéger le respect de ma fonction, de la présidence », a-t-il déclaré. « Cela n’a rien à voir avec la liberté d’expression. »

Il a critiqué une suggestion du parti d’opposition républicain du peuple selon laquelle le crime d’insulte au président, passible d’une peine de prison de un à quatre ans, devrait être abandonné.

Le syndicat des journalistes turcs a qualifié l’arrestation de Kabaş de « grave atteinte à la liberté d’expression ».

Les groupes de défense des droits accusent régulièrement Turquie de saper la liberté des médias en arrêtant des journalistes et en fermant des médias critiques, surtout depuis qu’Erdoğan a survécu à un coup d’État manqué en juillet 2016.

Reporters sans frontières a classé la Turquie 153e sur 180 dans son classement 2021 de la liberté de la presse.

READ  Maman a laissé deux jeunes enfants seuls alors qu'elle profitait d'une escapade d'un week-end avec son petit ami