L’ancien président Donald Trump a fustigé l’ancienne conseillère du président Kellyanne Conway pour avoir reconnu que sa défaite aux élections de 2020 était légitime dans son nouveau livre.

Dans ses mémoires récemment publiés, voici l’affaireMme Conway, la directrice de la campagne gagnante de Trump en 2016, offre de dures vérités sur la réélection ratée de l’ancien président et les gens autour de lui qui n’ont pas réussi à repousser leurs illusions d’être dupés.

« L’équipement était tombé en panne le 3 novembre et est tombé en panne à nouveau par la suite. En omettant de confronter le candidat à la sombre réalité de sa situation, que des preuves n’étaient pas apparues pour étayer les affirmations, ils lui ont refusé les preuves qu’il cherchait et le respect qui lui était dû », a-t-il écrit. « Au lieu de cela, suppliant après sycophant après showman, ils ont fait une génuflexion devant le Resolute Desk et ont promis au président des marchandises qu’ils ne pouvaient pas livrer. »

Mme Conway a également écrit qu’elle « aurait peut-être été la première personne » parmi les confidents de Trump « à lui dire qu’il n’avait pas réussi cette fois ».

Trump, qui continue à ce jour de mentir sur sa victoire aux élections de 2020, a réagi aux critiques de son ancien assistant sur sa propre plateforme Truth Social en niant avec colère qu’une telle conversation ait jamais eu lieu.

« Kellyanne Conway ne m’a jamais dit qu’elle pensait que nous avions perdu les élections. Si elle l’avait fait, elle n’aurait plus eu affaire à elle, elle aurait eu tort, elle pourrait retourner chez son fou de mari », a-t-elle écrit, faisant référence à George Conway, l’avocat conservateur et critique de Trump avec qui elle est toujours mariée. .

READ  L'adversaire russe Alexeï Navalny rappelle sa convalescence

Trump a ensuite répété son mensonge souvent raconté selon lequel l’élection de 2020 était « truquée » et a affirmé que les démocrates « utilisaient Covid pour tricher et voler », citant des preuves « énormes et incontestables » présentées dans un récent film criminel condamné et propagandiste de droite. Dinesh D’Souza.

Le film de M. D’Souza, 2000 muletsaffirme que des données massives sur la localisation des téléphones portables montrent que des « mules » se livrent à la récolte illégale de votes dans les États swing, mais plusieurs organes de presse légitimes ont démenti ces affirmations.